Publié le Lundi 16 Juin 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: Moussa, malien, vient à Mons pour étudier la ducasse (+ galerie de toutes nos photos de la ducass)

Rédaction en ligne

La ducasse de Mons a déjà attiré les touristes venant de bon nombre de pays étrangers. Cette année, parmi les visiteurs, il y a Moussa Sow. Chercheur malien en ethnographie, il étudie le Doudou et tout le folklore qui se greffe autour. Intriguante et même fascinante, selon lui, cette ferveur populaire qui anime les Montois.

Moussa Sow s’imprègne de la tradition montoise, accueilli par Pascal Leroy, ancien homme blanc.

E.G.

Moussa Sow s’imprègne de la tradition montoise, accueilli par Pascal Leroy, ancien homme blanc.

À 60 ans, Moussa Show a décidé d’explorer les festivités montoises. Chercheur à l’institut des sciences humaines à Bamako, au Mali, comme ethnographe, il a été invité par un Montois.

«  Florian Vallée est en train de faire un documentaire sur la ducasse. Quand il s’est lancé dans ce projet, il est venu me voir pour m’en parler. Je ne pouvais pas refuser, j’ai directement été partant ! Je ne connaissais pas du tout cette fête avant  ».

Pour s’imprégner du Doudou, Moussa accompagne Florian Vallée dans ses entretiens qui conduisent à l’élaboration du documentaire. «  On a rencontré une dizaine de personnes. Elles racontent la ducasse, parlent de leur expérience. Il y a ceux qui aiment, les passionnés, ceux qui détestent, ceux qui remettent en question le folklore, ceux qui ont fait le combat une fois ou 50 fois. Et moi je pose des questions aussi en plus  ».

Le Malien a déjà étudié des festivités en France ou en Italie, mais l’ampleur et l’engouement liés au Doudou l’impressionnent. «  Ce qui m’intrigue, c’est cette ferveur de la foule. J’essaye de comprendre pourquoi ils s’impliquent autant et pourquoi cela résonne en eux, pourquoi cela interpelle leur identité. C’est ce qu’on appelle une industrie culturelle réussie, car ça existe depuis des siècles et c’est une institution alimentée par le folklore.

Il y a toujours des gens pour le porter. On sent vraiment que cette tradition est déterminante de l’identité des Montois, on la trouve partout, dans le design, les commerces, les productions artistiques…  » Le chercheur est arrivé quelques jours avant le début des festivités. «  J’ai reçu un accueil très chaleureux. J’adore l’expression que les gens ont de dire « Je fais ducasse ». Maintenant, je peux dire aussi que j’ai fait ducasse avec les Montois !  »

Retrouvez l’intégralité de notre reportage dans La Province de ce lundi.

Vous pouvez aussi voir toutes nos photos de la ducasse. http://portfolio.sudpresse.be/main.php

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent