Publié le Mercredi 2 Juillet 2014 à

Fun > Technologies

La police prévient: attention, Facebook peut lire vos SMS!

Sudinfo.be

Dans une lettre d’information interne proposée au sein même de la police fédérale belge, un article du spécialiste de la prévention sur Internet Olivier Bogaert met en garde contre le réseau social Facebook capable, grâce à la dernière mise à jour de son application, de lire les SMS de votre smartphone !

Illustration Photo News/Christophe Licoppe

Dans cet article révélé par nos confrères de La Libre Belgique, Olivier Bogaert, spécialiste de la lutte contre la cybercriminalité et de la prévention sur Internet, dévoile ainsi quelques nouvelles sur la dernière mise à jour de l’application Facebook disponible sur les smartphones sous iOS (Apple), Android ou même Windows. En effet, l’application va toujours plus loin dans la collecte de données et recherche même des données qu’on ne soupçonne même pas…

« Récemment, Facebook a procédé à une mise à jour de son application pour les outils portables. À cette occasion, une petite fenêtre s’est ouverte qui vous montrait les nouveautés mises en place. Mais qui les a lues ? Et donc, si vous avez machinalement cliqué sur le bouton « Installer », vous avez désormais autorisé Facebook à lire le contenu des SMS présents sur votre smartphone », explique Olivier Bogaert. Eh oui, vous avez bien lu : Facebook a désormais accès à vos SMS.

« Grâce à cette nouveauté, Facebook peut déterminer avec qui vous avez le plus de contacts que ce soit via le service vocal de votre téléphone ou via le service de messagerie », continue l’article. Il faut donc bien faire attention à l’éventuelle double authentification que vous souhaitez faire sur votre application Facebook. Si vous introduisez votre numéro de téléphone dans l’application afin de permettre la recherche de contacts sur votre téléphone, vous acceptez désormais que le réseau social lise également vos SMS et votre journal d’appels.

« D’où l’intérêt de réfléchir aux applications que nous installons et surtout de nous intéresser aux droits que nous leur donnons », conclut Olivier Bogaert.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent