Mis à jour le Dimanche 11 Janvier 2015 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: "The Passenger" est démonté, les 400.000 euros dépensés

V.P.

Près d’un mois seulement après son inauguration officielle, les Montois disent déjà « au revoir » à « The Passenger ». Ce dimanche, le démontage de l’œuvre d’Arne Quinze dans la rue de Nimy s’est achevé. Vers 11h, il ne restait déjà plus rien. Seuls les imposants pieds de la structure étaient encore là, rassemblés dans un périmètre de sécurité et prêts à être emmenés. La rue de Nimy est entièrement rouverte.


Exit, l’œuvre d’art
!

BELGA

Exit, l’œuvre d’art !

L’œuvre d’Arne Quinze, considérée comme l’emblème la capitale européenne de la culture, avait suscité le débat dans la cité du doudou. Son coût de près de 400.000 euros était notamment critiqué. Ce sont les nombreux problèmes de stabilité auxquels a fait face la structure depuis son effondrement partiel, le 24 décembre dernier, qui ont contraint la Ville et la Fondation Mons 2015 à ordonner sa déconstruction, ce samedi, « pour des raisons de sécurité ».

Pour rappel, ce « mikado géant » devait, à l’origine, rester en place pour une durée de cinq ans. Très affecté, l’artiste, Arne Quinze, n’a pas eu le courage de venir sur le chantier. « Je suis touché en plein cœur. Pour moi c’est comme un enfant avec une jambe cassée que l’on abandonne. Cela me fait mal. Si on avait plus de temps, on pourrait essayer de comprendre et réparer mais je ne peux pas bloquer la voie publique alors que des camions vont venir acheminer le matériel pour la fête d’ouverture du 24 janvier, » a-t-il confié lors de la conférence de presse, ce samedi.

Une reconstruction est-elle envisagée ultérieurement ? La question n’est, semble-t-il, pas à l’ordre du jour. «  On se donne le temps de la réflexion…  », a précisé le bourgmestre de la ville de Mons, Elio Di Rupo.

Pour ce qui est de l’argent déboursé par la Fondation Mons 2015, tout le monde est resté assez évasif. Si l’artiste a indiqué qu’il assumerait sa responsabilité et qu’il prendrait tous les frais de démolition à sa charge – en ce compris le dédommagement des commerçants qui ont subi des désagréments suite à la fermeture de la rue – les 400.000 euros ont, par contre, été engloutis par les études réalisées et la construction de l’œuvre en elle-même. La Fondation 2015 peut-elle réclamer un dédommagement à l’artiste ? Ou au fournisseur du bois ? Rien n’est moins sûr.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent