Publié le Mercredi 21 Janvier 2015 à

Actualité > Belgique

Abdelhamid Abaaoud, l'homme le plus recherché de Belgique a fréquenté une école huppée

D. SCA.

Abdelhamid Abaaoud, l’homme le plus recherché en Belgique, n’a pas toujours été un djihadiste en rupture totale avec la société occidentale.

Voici une quinzaine d’années, celui qu’on présente aujourd’hui comme le cerveau présumé de la cellule terroriste de Verviers, fréquentait bien sagement l’un des établissements scolaires les plus huppés de la région bruxelloise, le collège Saint-Pierre à Uccle.

Ses parents avaient de grandes ambitions pour le jeune Abdelhamid, et c’est pour cette raison qu’ils avaient choisi de l’inscrire dans cette école prestigieuse. Une jeunesse dorée. Un établissement où il a fréquenté pendant quelques années les enfants des familles les plus fortunées de Bruxelles. Aujourd’hui, ses anciens compagnons de classe sont sous le choc. Ils ont du mal à imaginer que leur compagnon se soit transformé en un redoutable djihadiste. «Quand j’ai vu sa photo dans les journaux, j’ai eu du mal à reconnaître le garçon sympa, cool et un peu déconneur qui a participé pendant deux ans à l’animation de notre classe», nous dit un ancien élève du collège Saint-Pierre qui a préféré garder l’anonymat.

D’ailleurs, sur la photo de classe de la première année en 1999, on découvre le jeune Abdelhamid au premier rang, souriant, bien intégré dans une classe très cosmopolite. «Il était l’un des nôtres, il n’a jamais été mis à l’écart, jamais de dispute ou d’allusion un peu raciste», nous confirme le témoin. «Il faut dire qu’on trouvait des gens de multiples origines dans notre classe», se souvient notre témoin. Bien sûr, le jeune Abdelhamid avait déjà son caractère.

«C’est vrai qu’il aimait bien faire de petites bêtises, il trifouillait dans nos casiers pour mettre un peu le bazar, mais jamais aucun vol. Il s’entendait bien avec tout le monde, il était souvent avec une bande de garçons qui aimaient jouer au foot, mettre de l’ambiance en classe. C’était même un petit dragueur qui avait un rapport tout à fait normal avec les filles de la classe», poursuit l’ancien élève du collège.

Découvrez la suite de ces témoignages dans la double page de nos éditions papiers ce mercredi 21 janvier ou à consulter via nos supports numériques téléchargeables en cliquant ici.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

liens commerciaux

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent