Publié le Mardi 17 Mars 2015 à

Actualité > Santé

Un Belge sur trois va être confronté directement à une maladie du cerveau

Belga

Des neurologues, neuropsychiatres, associations de patients et représentants de sociétés pharmaceutiques, réunis au sein du Belgian Brain Council (BBC), ont appelé mardi, au Palais d’Egmont, les décideurs politiques à prendre la mesure de l’importance de la recherche sur le cerveau.

Photo News

Cette année, le BBC estime qu’un Belge sur trois sera directement confronté à une maladie du cerveau. Malgré cette proportion, seuls 11,8% des fonds de recherche sont destinés au domaine des neurosciences.

L’investissement dans la recherche est pourtant rentable et permettrait aux Etats d’économiser des milliards d’euros, estime le BBC. De plus, entre 2004 et 2010, les coûts directs des maladies du cerveau ont augmenté de plus de 40% pour atteindre les 18,4 milliards d’euros pour la Belgique uniquement. Et cela, sans prendre en compte les coûts indirects à la société que représentent l’absentéisme au travail, le chômage ou encore l’exclusion sociale.

Si les acteurs de l’univers du cerveau s’inquiètent aujourd’hui de l’avenir de la recherche, c’est, entre autres, en raison du «flou entourant» les coupes budgétaires annoncées par le gouvernement Michel.

«L’heure est grave», confirme le neurologue Steven Laureys (CHU de Liège). «Si les politiciens ne prennent pas leurs responsabilités tant qu’il est encore temps, notre recherche, c’est l’histoire d’un coma annoncé

Concrètement, les différents intervenants en appellent au «courage politique», à des fonds plus soutenus, mais surtout à une plus grande cohérence. Dans ses recommandations, Jean Schoenen (BBC) propose la création d’un Institut fédéral pour la recherche sur le cerveau, d’un Observatoire de recherche sur le cerveau et d’une Fondation pour la recherche sur le cerveau.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent