Publié le Jeudi 18 Juin 2015 à

Régions > Mons

Affaire de la caisse noire à Lens: la commune condamnée à payer 9.600 euros à l'ouvrier licencié

Rédaction en ligne

La commune de Lens va payer 9.600 euros à l’un des ouvriers licenciés lors du dossier de la caisse noire. Le tribunal du travail a considéré que le délai entre la faute de ce travailleur et son licenciement avait été trop long. Alors que l’ancienne bourgmestre, Isabelle Galant, ne regrette rien et explique que la commune avait tout à y gagner, Ghislain Moyart (bourgmestre actuel) regrette que les choses se soient déroulées de cette manière.


Un ouvrier licencié lors de l’affaire «
caisse noire
» gagne au tribunal.

E.G.

Un ouvrier licencié lors de l’affaire « caisse noire » gagne au tribunal.

Ce mardi, la commune de Lens a dû débourser plus de 9.600 euros à cause d’une condamnation du tribunal du travail. Souvenez-vous, au mois de décembre 2013, nous vous révélions qu’une caisse noire, détenue par certains des ouvriers de la commune, avait été découverte à Lens. La commune avait décidé de stopper la pratique mais n’avait pas entamé de poursuites. Cependant, suite à une question du chef de groupe Écolo, Manu Disabato, le ministre Paul Furlan a fait suivre le dossier au parquet de Mons.

Lors de la découverte des faits, deux ouvriers ont été licenciés. L’un d’eux a décidé de porter l’affaire devant le tribunal du travail pour licenciement abusif. Il a gagné son procès. «  La commune a été condamnée à payer plus de 9.600 euros à l’ouvrier. Une somme à laquelle il faut ajouter les intérêts judiciaires et 990 euros d’indemnité de procédure  », nous explique le bourgmestre de Lens, Ghislain Moyart.

Il ne souhaitait pas ébruiter l’affaire et avait lu le jugement en huis clos, lors du dernier conseil communal. Mais, suite à nos questions, les langues se délient. «  Le tribunal a reconnu que l’ouvrier avait commis une faute en conduisant la camionnette à titre privé pendant les heures de travail. Mais, vu le délai qui s’est écoulé entre la découverte des faits et le licenciement, le tribunal a jugé que ce n’était pas un motif de licenciement  », complète Ghislain Moyart.

Découvrez les réactions du bourgmestre actuel et de l’ancienne bourgmestre, Isabelle Galant, dans La Province de ce 18 juin.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent