Publié le Lundi 12 Octobre 2015 à

Culture > Médias

La FEJ dénonce des "tentatives d'intimidation répétées" du cabinet du Premier Ministre à l'encontre de la RTBF: Charles Michel défend la liberté de la presse "absolue" et rappelle son porte-parole à l'ordre

Belga

La Fédération européenne des journalistes (FEJ) a dénoncé auprès du Conseil de l’Europe les «tentatives d’intimidation répétées» du cabinet du Premier ministre belge, Charles Michel, à l’encontre d’un journaliste de la RTBF dans le cadre de la couverture de la visite d’Etat du président turc Recep Tayyip Erdogan à Bruxelles la semaine dernière.

Vidéos

La visite du président turc en Belgique a fait des remous dans l’entourage de Charles Michel...

Reuters/François Lenoir

La visite du président turc en Belgique a fait des remous dans l’entourage de Charles Michel...

Les faits remontent à mardi, mais ils n’ont été rendus publics que ce samedi, dans l’émission de la RTBF 7 à la Une, explique le FEJ sur son site internet.

MM. Erdogan et Michel se sont adressés à la presse, mardi au château de Val Duchesse, en interdisant aux journalistes de poser des questions. « Ce genre de communication unilatérale devrait tout simplement être boycotté par la presse », a commenté le secrétaire général de la FEJ, Ricardo Gutiérrez. « Les journalistes sont là pour poser des questions au nom de la société civile. Les museler est un réflexe pitoyable », a-t-il ajouté.

Tristan Godaert a « brisé le silence » selon la FEJ

Selon la FEJ, un journaliste de la RTBF, Tristan Godaert, a « brisé le silence » en tentant d’interpeller le Premier ministre, mais sans succès. Plus tard, alors que M. Erdogan s’installait dans sa voiture officielle, une autre journaliste de la RTBF, Aline Delvoye, lui a demandé pourquoi le journaliste Mohammed Ismael Rasool était toujours détenu en Turquie. Sans aucune réponse.

Les images de la RTBF montrent ensuite le porte-parole de l’ambassade de Turquie à Bruxelles, Veysel Filiz, commenter les « incidents » avec l’attachée de presse de M. Michel, Aurélie Czekalski. Cette dernière lance une première menace au journaliste de la RTBF : « j’enverrai un mail à Jean-Pierre Jacqmin (le directeur de l’information de la chaîne publique, NDLR). Si ça passe, on a un sérieux problème ».

Toujours selon la FEJ, qui se fonde sur les images tournées, le porte-parole de M. Michel, Frédéric Cauderlier, a ensuite « menacé » à son tour Tristan Godaert : « le truc n’a pas intérêt à passer sur antenne. C’est clair ? Si elle (NDLR : Aurélie Czekalski) est dans le sujet, c’est une erreur grave et ça ne restera pas sans suites. Tu as envie de travailler comme ça ? Continue à travailler comme ça, mais ça ne durera pas longtemps avec nous. Je te le dis franchement », l’entend-on dire.

Frédéric Cauderlier reconnaît que « le ton n’est peut-être pas approprié »

Le porte-parole du Premier ministre Charles Michel, Frédéric Cauderlier, a de son côté réfuté toute tentative d’intimidation dans les propos échangés la semaine dernière avec une équipe de la RTBF à l’occasion de la visite d’Etat en Belgique du président turc Recep Tayyip Erdogan, contrairement à ce qu’évoquait la Fédération européenne des journalistes (FEJ).

« Je peux reconnaître que le ton tenu n’est peut-être pas approprié », a-t-il affirmé à l’agence Belga. M. Cauderlier a toutefois assuré que même des journalistes turcs d’opposition avaient été autorisés, au nom de la liberté de la presse, à assister à la déclaration du Premier ministre et du président turc – ce qui ne semblait pas du goût des autorités d’Ankara.

Le porte-parole de M. Michel a également dénoncé le comportement de l’équipe de la RTBF travaillant pour l’émission 7 à la Une et de son journaliste (Tristan Godaert, ndlr) « qui ne respectait absolument pas les règles » fixées avant cet entretien.

M. Cauderlier a souligné qu’il avait voulu protéger le droit à l’image d’une collaboratrice du cabinet.

Il a ajouté que le cabinet du Premier ministre n’avait pas exprimé de reproche a posteriori à la RTBF et assuré qu’il n’y avait eu « aucun contact » entre les deux parties entre le tournage (mardi) de la séquence et sa diffusion (samedi).

La liberté de la presse est absolue, a affirmé lundi soir le Premier ministre Charles Michel à l’agence Belga à propos de l’incident qui a opposé la semaine dernière son porte-parole à une équipe de la RTBF, ajoutant qu’il l’avait «rappelé à l’ordre «pour des propos «inacceptables».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent