Publié le Samedi 9 Janvier 2016 à

Actualité > Monde

Russie: un médecin tue un patient à l'hôpital d'un coup de poing (Vidéo)

Afp

Un médecin d’un hôpital public dans la région russe de Belgorod (sud) a tué un patient d’un coup de poing au visage, a indiqué samedi le comité d’enquête local dans un communiqué.

DR

Selon les enquêteurs, l’incident s’est produit le 29 décembre. «L’un des patients de l’hôpital numéro 2 de Belgorod a donné un coup de pied à une infirmière lors d’un traitement. Le médecin l’a défendue en donnant un coup de poing au patient dans la figure», indique le communiqué.

Le patient «est tombé», et est mort après que sa tête a heurté le sol, selon la même source. Une vidéo de l’incident provenant d’une caméra de videosurveillance a été publiée sur Youtube et diffusée samedi par la télévision publique russe. Elle montre le patient calmement assis sur un lit d’examen, alors qu’une infirmière l’ausculte dans le dos.

Soudain surgit un médecin en blouse bleue, accompagné d’une autre jeune femme qui lui désigne le patient. Le médecin, visiblement en très bonne forme physique, s’en prend alors de manière violente au patient en criant «Pourquoi tu as touché l’infirmière?».

S’ensuit un déferlement de coups de poing, essentiellement contre un autre homme qui accompagnait le patient et a tenté de s’interposer. Frappé pour sa part très violemment au visage une fois, le patient s’écroule. Après plusieurs minutes, le médecin et les infirmières réalisent que le patient est resté au sol sans signes de vie. Ils tentent à tour de rôle de lui faire un massage cardiaque, en vain. Il est finalement emmené sur une civière.

Une enquête pour homicide par imprudence, un délit passible en Russie de deux ans de prison, a été ouverte, selon le communiqué.

Selon des médias russes, le médecin serait un chirurgien nommé Ilia Zelendinov et le patient serait Evgueni Bakhtine, 56 ans. Après l’incident, le médecin a été licencié et placé sous contrôle judiciaire, précise le communiqué.

Le comité d’enquête estime que les faits ne nécessitent pas l’arrestation du médecin. «Si la victime avait réussi à garder l’équilibre et n’avait pas heurté le sol, les conséquences auraient été moins graves», ajoute-t-il.

Certains médias russes ont accusé les enquêteurs d’avoir voulu dissimuler l’affaire et de n’avoir ouvert une enquête qu’après la mise en ligne de la vidéo. Le comité d’enquête a rejeté ces accusations.

  • watch

    See video

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent