Publié le Lundi 11 Janvier 2016 à

Actualité > Monde

Crise des migrants: des milliers de personnes à Leipzig, en Allemagne, pour protester contre les réfugiés

Belga

Des milliers de personnes, répondant à l’appel d’un mouvement islamophobe, se sont rassemblées lundi soir à Leipzig, en ex-Allemagne de l’est, pour protester contre l’arrivée massive des réfugiés, alors que la population est scandalisée par les violences attribuées à des migrants à Cologne au Nouvel An.

Sous une pluie battante, manifestants et contre-manifestants étaient tenus à distance par un important dispositif policier et des canons à eau dans le centre-ville.

Sur des pancartes, les opposants à la politique d’ouverture à l’égard des réfugiés menée jusqu’ici par la chancelière Angela Merkel donnaient libre court à leur colère xénophobe: «Islam = terreur», pouvait-on y lire, ou «Les réfugiés ne sont pas les bienvenus» avec, en ombre chinoise, trois hommes armés de couteaux poursuivant une femme.

Ils faisaient référence à la vague d’agressions commises à des centaines de kilomètres de là, à Cologne, le soir du 31 décembre, imputées à des migrants, notamment arabes. Ces violences ont touché des femmes, pour beaucoup agressées sexuellement par des jeunes hommes ivres, ce qui a scandalisé l’Allemagne.

Manifestation à Leipzig, en Allemagne contre les réfugiés. 
(Reuters)

La manifestation a eu lieu dans le calme mais dans un quartier fief de la mouvance anarchiste et contestataire de gauche la police a indiqué sur Twitter avoir dispersé environ 250 personnes de la mouvance d’extrême droite. Celles-ci avaient allumé des engins pyrotechniques et lancé des pierres dans des vitrines.

Les manifestants de Leipzig répondaient à l’appel de Legida, déclinaison locale du mouvement islamophobe Pegida qui, depuis plus d’un an, défile tous les lundis soirs à Dresde, à une centaine de kilomètres plus à l’est.

(Reuters)

«Il n’y a pas d’alternative au départ de Merkel», a lancé Tatjana Festerling, une des leaders de Pegida, avant que la foule entonne longuement «Merkel doit partir! Merkel doit partir! «.

Évoquant les violences de Cologne, elle les a qualifiées de «djihad du sexe contre les femmes», d’"attentats terroristes contre des femmes allemandes, des femmes blondes et les blanches», attribuant les agressions notamment à des «terroristes arabes du sexe».

Exceptionnellement, les militants de Pegida avaient rejoint ceux de Legida ce lundi pour marquer le 1er anniversaire de ce mouvement.

(Reuters)

Certains slogans visaient tout particulièrement la chancelière, dont la politique de généreux accueil des réfugiés est aujourd’hui si contestée qu’elle doit en infléchir le cours.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent