9

Univers > Foot > Nos stars > Eden Hazard

Même s'il se sent bien à Chelsea, Hazard se dit ravi de plaire à son idole de jeunesse: "J'aimerais être entraîné un jour par Zidane"

Y.K. |

Publié le Samedi 6 Février 2016 à

Fixé par une carrière soignée de succès collectifs et individuels, le cadre de vie sportif d’Eden Hazard a connu quelques soubresauts inattendus ces derniers mois. Une déliquescence difficilement explicable qui l’a mené vers une traversée du désert étouffante. "Je ne cherche pas d’excuses, j’espère juste que je vais maintenant pouvoir enchaîner les bonnes prestations", assure-t-il tout simplement.

Le mercato hivernal s’est terminé en début de semaine. Et, comme lors de chaque période des transferts, des rumeurs ont circulé à votre égard. Cette fois, c’est l’intérêt du Real Madrid et de son nouvel entraîneur Zinédine Zidane, qui a été épinglé dans les manchettes des tabloïds…

Cela fait toujours plaisir d’entendre que le joueur que j’admirais durant mon enfance parle de moi. Zidane, je l’ai toujours apprécié. Maintenant, je connais bien le joueur mais pas du tout l’entraîneur, même s’il a très bien réussi ses débuts à Bernabeu. Et puis, je suis toujours sous contrat à Chelsea et je m’y sens très bien.

Mais, dans l’absolu, cela vous ferait plaisir d’être un jour entraîné par le Français ?

Oui, bien sûr. Quand j’étais petit, je le regardais à la TV et sur internet pendant des heures. Je parlais Zidane, je mangeais Zidane (sourire). Mais, et je le répète, je me sens très bien à Chelsea, ce n’est donc pas d’actualité.

Au mois de novembre, Zinédine Zidane nous avait déclaré qu’il vous plaçait derrière les deux monstres que sont Lionel Messi et Cristiano Ronaldo…

Cela fait des années qu’il parle de moi, cela prouve que j’ai réussi quelques bonnes choses dans le football (sourire). Venant de sa part, c’est bien. Sauf que je ne me focalise pas dessus. Si les éloges viennent, tant mieux, mais je suis uniquement concentré sur mon jeu.

Vous pensez être le troisième meilleur joueur du monde ?

Il y a Messi et Ronaldo mais aussi d’autres grands joueurs qui sont vraiment pas mal. Je peux arriver un jour à leur niveau mais cela ne dépend que de moi, de mon travail. À moi de marquer des buts et de gagner des matches.

Le Ballon d’Or, vous y songez toujours ?

Bien entendu. Ce n’est pas parce que je sors de quatre mois plus délicats que je ne vais plus y penser. C’est toujours un objectif. Après, si ça vient, c’est chouette, si ça ne vient pas, ce n’est pas grave. Des très grands footballeurs ne l’ont jamais remporté.

Retrouvez l’interview complète dans nos éditions de ce samedi 6 février.