Publié le Mardi 16 Février 2016 à

Actualité > Faits divers

L'hôpital lui envoie une note de 14.000 dollars après avoir commis une erreur médicale ayant conduit à la mort de son épouse

Sudinfo.be

Quelques jours après avoir enterré son épouse, décédée suite à une erreur médicale, Jorge Matos a eu la désagréable surprise de recevoir une note de 14.500 dollars. Un timing qui passe mal auprès de ce veuf, qui a porté plainte contre l’hôpital, qu’il juge responsable de la mort de son épouse.

Jorge Matos, un citoyen de Brooklyn âgé de 48 ans, a récemment connu le malheur de perdre son épouse, décédée au Coney Island Hospital des suites d’une erreur médicale. Cette dernière, qui souffrait d’une infection cérébrale sévère, avait été soignée... comme une personne émotionnellement instable, qui venait de consommer de la marijuana synthétique expliquent nos confrères américains du Daily News. Dans les douze heures ayant suivi son hospitalisation, Grisel Soto a fait cinq arrêts cardiaques. « Alors qu’elle souffrait, réclamant de l’aide, ils n’ont rien trouvé de mieux que de l’attacher au lit », a expliqué Jorge.

Debbie Egan - Chin/ New York Daily News

Certain de la faute des médecins, qu’il juge responsable du décès de sa moitié, Jorge a décidé de porter l’affaire devant la justice.

« Je pensais que c’était une lettre d’excuses »

Quelques jours après avoir enterré sa chère et tendre, le coeur encore lourd et les yeux toujours chargés de larmes, Jorge a reçu un courrier provenant de l’hôpital : la facture, s’élevant à plus de 14.000 euros.

« En voyant le nom de l’expéditeur, j’ai immédiatement pensé à une lettre d’excuses. Mais quand j’ai vu qu’il s’agissait d’une facture, j’ai eu envie de hurler à m’en faire exploser les cordes vocales », a avoué Jorge. « Ils ont tué ma femme et ils veulent maintenant que je paye pour des soins qu’ils ont été incapables de lui donner. »

« C’est cruel et sans coeur comme façon de procéder », a ajouté son avocat, qui attend toujours le verdict de l’autopsie qui devra déterminer les causes exactes de la mort.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent