Publié le Lundi 22 Février 2016 à

Actualité > Belgique

Plus sévères avec les migrants bagarreurs: Théo Francken veut les exclure du droit à l'accueil

Didier Swysen

Exclure définitivement les demandeurs d’asile qui se rendent coupables de faits graves dans les centres d’accueil. C’est le projet du secrétaire d’État à l’Asile, Theo Francken (N-VA), alors que plusieurs incidents graves ont été constatés ces derniers jours. Il devrait le présenter, d’ici une semaine ou deux, au Conseil des ministres.

Exclusivité Sudpresse

Vendredi, c’est dans le Limbourg, à Léopoldsburg, qu’une centaine d’Afghans, d’Irakiens et de Syriens en sont venus aux mains.

Source Capture d’écran VTM

Vendredi, c’est dans le Limbourg, à Léopoldsburg, qu’une centaine d’Afghans, d’Irakiens et de Syriens en sont venus aux mains.

L’an dernier, 171 incidents ont été répertoriés dans les centres qui accueillent des demandeurs d’asile. Le compteur risque aussi de chauffer en 2016, si l’on se fie aux incidents à répétition de ces derniers jours: mercredi passé, assurément le fait le plus grave, une jeune femme de 19 ans a été violée par un pensionnaire mineur du centre d’accueil de Menin (Flandre-Occidentale).

Vendredi, c’est dans le Limbourg, à Léopoldsburg, qu’une centaine d’Afghans, d’Irakiens et de Syriens en sont venus aux mains. Samedi, enfin, un garçon de 16 ans a été blessé dans une bagarre entre mineurs d’âge au centre d’accueil de Zwijndrecht (province d’Anvers).

La promiscuité n’excuse rien

Fedasil, qui gère une majorité de centres d’accueil, et la Croix-Rouge ont relativisé le nombre de ces incidents, les expliquant aussi par la promiscuité dans des espaces affichant complet.

Une explication que Theo Francken peut entendre, mais qui ne change rien à sa détermination d’agir plus sévèrement par rapport à certains fauteurs de troubles. «À Leopoldsburg, la discussion concernait une jeune Syrienne à qui des Afghans voulaient imposer le port du voile. Je trouve cela tout à fait intolérable», a réagi le secrétaire d’État à la télévision flamande. «S’ils pensent pouvoir importer leurs guerres et conflits chez nous, ils se trompent lourdement (…) Ils viennent ici et sont nos hôtes, ce n’est pas le contraire : ils doivent s’adapter à nos règles!»

Le cabinet de Theo Francken nous l’a confirmé ce dimanche: le secrétaire d’État va déposer prochainement (sans doute le vendredi 4 mars) sur la table du gouvernement de nouvelles sanctions visant les demandeurs d’asile qui mettent en danger l’ordre public dans les centres, voire la sécurité du personnel ou de leurs cohabitants. Des sanctions qui iraient jusqu’à l’exclusion définitive du droit à l’accueil.

Découvrez l’intégralité de cet article dans les journaux de Sudpresse ce lundi 22 février ou a consulter via nos supports numériques.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent