Publié le Mardi 1 Mars 2016 à

Actualité > Belgique

Un drone qui fonçait sur Bruxelles à 150 km/h a provoqué la panique en Belgique et en France: il a été pris en chasse par deux F-16 et un Rafale

Sudinfo.be, avec Belga

Un drone de grande taille ayant décollé de Belgique a provoqué une petite panique dans les cieux belge et français, ce lundi. L’engin, qui est passé à proximité de la base militaire de Kleine-Brogel, a été pris en chasse par deux F-16 avant qu’un Rafale ne prenne la relève au-dessus de l’espace aérien français.


Un avion Rafale.

Illustration Photonews

Un avion Rafale.

Le drone qui s'est écrasé lundi après-midi dans le département de l'Aisne avait décollé de Weelde, au nord de Turnhout (province d'Anvers), et provenait d’un institut de recherche flamand, le VITO, qui en a perdu le contrôle, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Ce drone de grande taille - 3,8 mètres d'envergure et 3,4 m de long - a été suivi durant toute une partie de son parcours par deux avions de chasse F-16 provenant de la base aérienne de Kleine-Brogel (Limbourg), qui ont ensuite confié sa surveillance à un Rafale de l'armée de l'Air française, selon une source militaire.

Le ministère de la Défense, qui a la protection de l'espace aérien belge dans ses responsabilités, a activé la procédure "Renegade" destinée à identifier un aéronef lorsqu'il semble hors de contrôle - ce qui était le cas - ou mû par des intentions hostiles.

Le drone, de couleur rouge et blanche, prenait en effet la direction sud sud-ouest et se dirigeait vers la région de Bruxelles à une vitesse de 150 à 160 km/h, à une altitude comprise entre 3.500 et 4.000 pieds, selon un spécialiste militaire.

L'appareil a franchi la frontière franco-belge dans la région de Florennes avant de voler encore durant près de deux heures dans l'espace aérien français et de s'écraser dans un champ, sans faire de dommages, sur la commune de Dizy-le-Gros, à une cinquantaine de km de Reims.

Entré en France à 14h30

A 14h33, les autorités belges ont prévenu les autorités françaises qu’un drone de grande envergure, opéré par un organisme privé faisant du contrôle de zone, venait de pénétrer dans l’espace aérien français, a indiqué à l’AFP un porte-parole du Sirpa-Air.

Une minute plus tard, la Haute autorité de défense a alerté l’armée de l’air qui a ainsi fait décoller, sept minutes plus tard, un Rafale de la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne).

Une demi-heure plus tard, le pilote du Rafale a enfin pu apercevoir l’engin: il s’agit d’un drone de grande envergure mais qui n’emporte aucune charge sous sa voilure, et est donc inoffensif. Il vole à 140 km/h. Le Rafale le suit. Peu après, le moteur du drone s’arrête, il tombe.

L’engin s’est ensuite écrasé dans un champ, sans faire de dommages, sur la commune de Dizy-le-Gros, à une cinquantaine de km de Reims. La gendarmerie s’est immédiatement rendue sur place et a sécurisé la zone.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent