Publié le Dimanche 13 Mars 2016 à

Actualité > Monde

Côte d'Ivoire: Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) revendique l'attaque qui a fait 16 victimes à Grand-Bassam (vidéos)

Afp

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l’attaque contre la station balnéaire de Grand-Bassam, à l’est d’Abidjan, qui a fait 16 morts dimanche, selon SITE, organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Aqmi a mis en avant ses «trois héros» qui ont perpétré l’attaque et a promis davantage de détails plus tard, selon SITE. Le président ivoirien a évoqué quant à lui six assaillants, qui ont été abattus après avoir tué 14 civils et deux militaires.

«Le bilan est lourd, les terroristes ont réussi à tuer quatorze civils et nous avons perdu deux membres des forces spéciales», a déclaré le président qui s’est rendu sur les lieux, ajoutant que six assaillants avaient également été tués. Quatre ressortissants européens ont été tués dans cet attentat. Les nationalités des victimes n’ont pas encore été précisées.

«Nous ne savons pas s’il y a d’autres victimes. Nous menons en ce moment des opérations de ratissage», a déclaré un officier des forces de sécurité ivoiriennes. Un témoin, qui a rapporté que quatre assaillants avaient ouvert le feu sur une plage de la station balnéaire, avait plus tôt fait état de 7 morts. Une autre source avait indiqué pour sa part avoir vu cinq cadavres.

(Photo Reuters)

Des assaillants lourdement armés ont attaqué dimanche un hôtel de la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, fréquentée par les Occidentaux et située à une quarantaine de kilomètres à l’est d’Abidjan, ont déclaré des témoins à l’AFP, sans préciser les motifs de l’attaque.

(Photo Reuters)

(Photo Reuters)

Ces assaillants «puissamment armés et portant des cagoules ont tiré sur les occupants de L’Etoile du sud, un grand hôtel pris d’assaut par les expatriés en cette période de canicule,» a expliqué un témoin joint par l’AFP.

Cette attaque a fait des victimes, a affirmé à l’AFP un autre témoin, sans pouvoir préciser leur nombre ni l’identité des auteurs des coups de feu. «Nous avons été surpris par les tirs et nous sommes maintenant cloitrés chez nous», a-t-il dit.

Ville historique et ancienne capitale de la Côte d’Ivoire sur la côte du Golfe de Guinée, Grand-Bassam abrite plusieurs hôtels fréquentés par une clientèle d’expatriés.

Plusieurs centaines de gens attendaient à l’entrée du quartier France, qui marque l’entrée de la vieille ville, séparée de la partie moderne par un pont. Une dizaine d’ambulances étaient également stationnées. Un journaliste de l’AFP a vu une dizaine de personnes, dont une occidentale blessée, évacués dans un camion militaire.

(Photo Reuters)

Des véhicules militaires, transportant des mitrailleuses lourdes, et des chasseurs traditionnels dozo armés se dirigeaient également vers le lieu de la fusillade.

Des médias locaux ont d’abord évoqué 5 à 6 morts et d’autres annoncaient un bilan d’une trentaine de morts. C’est la confusion la plus totale. Cinq assaillants auraient été tués et cinq autres seraient en fuite d’après le site d’info bloomberg. Le dernier bilan officiel selon la policefait annonce 12 morts, dont 4 Européens.

Un photographe de l’AFP a indiqué avoir vu de son côté sept corps sur la plage et un autre dans l’hôtel Etoile du Sud, un des établissements attaqués. Un autre témoin avait dit à l’AFP avoir vu au moins sept morts sur la plage, et montré leurs photos.

La fusillade a débuté au Koral Beach et s’est poursuivie dans d’autres établissements d’après un journal local relate The Independant. D’autres assaillants auraient investi l’Hôtel Etoile du Sud en prenant des hôtages parmi les vacanciers et les employés de l’hôtel.

Contactées par l’Agence Belga, les Affaires étrangères ont déclaré ne pas avoir eu d’indications, dimanche en début de soirée, de la présence de ressortissants belges parmi les personnes touchées.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a condamné cette attaque en Côte d’Ivoire sur son compte Twitter.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent