Publié le Mercredi 16 Mars 2016 à

Actualité > Faits divers

Cette jeune femme a frôlé la mort à cause d'un tampon: voici pourquoi elle veut que l'on diffuse ces images

Rédaction en ligne

Peyton Clapes, une jeune femme de 17 ans, a confié le calvaire qu’elle a vécu après avoir utilisé des tampons. À l’âge de 15 ans, la jolie blonde a développé le syndrome du choc toxique après s’être servie d’un tampon hygiénique. Aujourd’hui, après avoir survécu, elle publie des photos d’elle à l’hôpital pour avertir de la maladie.


Peyton Clapes a frôlé la mort à cause d’un tampon

Captures The Mirror/Instagram

Peyton Clapes a frôlé la mort à cause d’un tampon

Peyton Clapes se trouvait chez sa grand-mère, en Californie, lorsqu’elle a commencé à ressentir les premiers symptômes. C’est après s’être servie d’un tampon que la jeune fille a commencé à se sentir mal. Au fil des jours, son état se dégradait. « Je me sentais faible et nauséeuse », explique Peyton Clapes. Progressivement, elle ne pouvait même plus marcher.

La jeune fille a commencé à consulter plusieurs médecins mais les traitements administrés ne convenaient pas à la jeune femme. Et pour cause ! Peyton ne souffrait pas de virus, mais du syndrome du choc toxique, une maladie infectieuse rare et potentiellement mortelle « causée par une toxine bactérienne qui pénètre dans la circulation sanguine à la suite d’une infection par un agent pathogène. »

(Capture The Mirror.co.uk)

C’est après avoir posé un deuxième tampon hygiénique que la grand-mère de Peyton décide de l’amener d’urgence à l’hôpital.

« Je ne pouvais plus marcher du tout. J’étais tellement mal. Je croyais que j’allais mourir. Une amie était à la maison au moment des faits. Lorsque j’ai essayé de me lever, j’ai perdu connaissance. En me réveillant, j’ai découvert que j’étais à l’hôpital. Je pouvais à peine respirer et on m’a transférée aux soins intensifs » a expliqué la jeune fille au Mirror.co.uk.

La jeune femme explique qu’elle avait le rythme cardiaque d’un bébé et qu’elle est passée à côté de la mort.

Aujourd’hui, elle diffuse les clichés d’elle à l’hôpital pour alerter les jeunes filles des dangers de la maladie.

(Capture The Mirror.co.uk)

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent