Publié le Jeudi 17 Mars 2016 à

A la Une du journal numérique

Nos policiers sont de plus en plus harcelés

Deborah Van Boterdael

Nos policiers sont de plus en plus harcelés ! Voilà le constat qui ressort d’une question parlementaire posée par la députée, Françoise Schepmans. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres parlent d’eux-mêmes ! En 2010, on comptait 113 dossiers ouverts pour harcèlement au sein de la police fédérale. Un chiffre qui monte à 185 pour la première partie de 2015 !

Photo News

Nos policiers sont de plus en plus harcelés ! Voilà le constat qui ressort d’une question parlementaire posée par la députée, Françoise Schepmans. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres parlent d’eux-mêmes ! En 2010, on comptait 113 dossiers ouverts pour harcèlement au sein de la police fédérale.

Un chiffre qui monte à 177 en 2014 et 185 pour la première partie de 2015 ! «  Si on ne dispose pas d’explications officielles concernant cette augmentation, on peut toutefois se laisser aller à quelques suppositions  », commente Mustafa Er, le porte-parole de la députée. «  Depuis quelques années, de plus en plus de femmes entrent dans la police. Le nombre de dossiers ouverts y est donc certainement lié  ».

Une explication quelque peu nuancée dans la réponse parlementaire. «  On constate un nombre croissant de demandes de conseil ou d’intervention du CPAP émanant de la ligne hiérarchique  », peut-on y lire. «  Ceci tend à indiquer une prise de conscience dont la conséquence est une intervention plus précoce, ce qui est très positif  ».

Des mesures mises en place

Violence, harcèlement moral ou sexuel font donc partie du quotidien des forces de l’ordre. «  Environ 50 % de ces dossiers sont initiés par des femmes  », est-il expliqué dans la réponse. «  Mais cela peut varier entre 40 % et 60 % selon les années  ».

Au mois d’octobre de l’année passée, nous vous parlions notamment des problèmes de harcèlement dans la zone de Bruxelles-Capitale/Ixelles. Des dizaines de plaintes avaient été déposées mais les autorités refusaient d’enquêter. Pourtant, les faits dénoncés étaient graves et allaient de propos désobligeant à des agressions physiques ! «  Un officier a eu des comportements discriminatoires envers un subordonné. Il critiquait son travail en disant « c’est toujours les mêmes qui foutent la merde » en référence à ses origines étrangères  » expliquait à l’époque, Marc Duplessis, membre permanent CGSP, expert bien-être. «  D’autres croulent sous le travail et doivent faire un quota de p.-v. par jour au risque de subir des brimades  ».

C’est donc pour lutter contre ce phénomène que différentes mesures de prévention ont été prises. Il y a tout d’abord cette formation pour les managers leur apprenant à détecter les possibles signes de harcèlement. Parallèlement à cela, un important réseau de personnes est mis à la disposition des employés pour qu’ils puissent aller se confier lorsqu’ils rencontrent ce genre de problème. Ce réseau est notamment composé d’un conseiller en prévention psychosocial.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent