Publié le Mardi 29 Mars 2016 à

Actualité > Politique

Selon le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, il n'est pas nécessaire d'engager des moyens supplémentaires dans la lutte contre le terrorisme

Rédaction en ligne

«Nous allons gagner le combat, mais l’Etat islamique peut encore créer beaucoup de soucis», a déclaré Jan Jambon (N-VA) dans une interview à la presse flamande. Mais il estime qu’il ne faut pas de budget supplémentaire.

Photo News

Dans «De Morgen» et «Het Laatste Nieuws», le ministre de l’Intérieur n’a cependant pas demandé d’argent supplémentaire pour la sécurité. «Il faut d’abord mettre en oeuvre ce qui a été décidé

Les attentats de la semaine dernière ont montré que les services de sécurité sont à la traîne, mais M. Jambon ne fait pas de lien avec la nécessité d’argent supplémentaire. «Après Paris, le budget pour la sécurité a été augmenté de 400 millions d’euros. Laissez-nous le temps de dépenser cet argent. Nous sommes seulement en train de nous y atteler, ce qui est logique. Achat de matériel, écriture de lois, engagement de personnel: cela demande du temps. À la police, il y aura 1.400 personnes supplémentaires, mais engager des agents et les former, ça prend au minimum un an

La N-VA s’engage fermement à renforcer la loi Lejeune. «Le kamikaze El Bakraoui avait été condamné à 10 ans de prison, mais il a été libéré après même pas 5 ans sous conditions: ce n’est pas rien», a déclaré Jan Jambon.

Plutôt une réforme des services de sécurité

L’expert budgétaire Herman Matthijs (VUB) a indiqué mardi à De Morgen que les investissements dans la sécurité doivent être revus à la hausse. «Le plus gros problème, c’est que le gouvernement fédéral a économisé pendant des années dans des crédits d’investissement, parce que c’était politiquement plus facile. Le résultat est qu’à l’heure actuelle, seuls 5% de tous les budgets sécurité sont investis, alors qu’il faudrait que ce soit au moins 15%

Matthijs ne sait pas d’où cet argent doit venir. C’est pourquoi le gouvernement doit chercher une solution plus faisable, comme par exemple une réforme des services de sécurité.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Le Numérique de Sudpresse

Numérique de Sudpresse

Nos partenaires vous proposent