Publié le Vendredi 29 Avril 2016 à

Régions > Luxembourg > Actualité

Manhay: «nourrir» la forêt en hélicoptère (vidéo)

N.HN

À Harre (Manhay), l’entreprise forestière dirigée par Yves Pirothon produit et commercialise des plants forestiers. Spécialisée dans de nombreux secteurs, elle a une particularité : elle peut se charger de l’amendement des sols à la chaux à l’aide d’un hélicoptère.

Un hélicoptère qui survole une forêt, un entonnoir suspendu à quatre fils. Et puis soudain, l’entonnoir s’ouvre, laissant s’échapper une poussière sombre.

Si vous habitez près d’une forêt, vous avez peut-être eu l’occasion de voir ce spectacle un peu particulière. Cette technique a un nom : l’amendement. Elle est aussi pratiquée par quelques rares entreprises forestières. Dans notre province, celle dirigée par Yves Pirothon en fait partie.

«  Cette technique a pour but d’améliorer les propriétés physiques d’un sol. Nous nous occupons plus spécifiquement des sols forestiers  », explique d’emblée le patron.

Ces sols ont notamment souffert des pluies acides dues à la pollution atmosphérique.

«  L’acidité des sols freine la décomposition de la matière organique. Et comme les feuilles ne se décomposent plus bien, le sol reçoit moins d’éléments nutritifs.  »

Le seul moyen de lutter contre l’acidité des sols, c’est la chaux. «  Nous avons choisi d’épandre de la dolomie, précise Yves Pirothon. Elle provient des carrières de la Meuse exploitées par le groupe Lhoist.  »

Pour l’épandre, l’entreprise Pirothon préfère effectuer cette manœuvre au départ d’un hélicoptère.

«  Lorsque nous avons démarré cette activité, nous avons acheté une machine qui soufflait la dolomie à l’intérieur des peuplements mais j’ai eu l’occasion de découvrir d’autres manières de faire. Notamment avec un hélicoptère, en France.  »

Depuis et surtout parce que l’essentiel de leurs clients se trouve en France, l’entreprise Pirothon travaille avec un hélicoptère qu’elle loue. «  Nous proposons une formule type à nos clients. Nous épandons 2 tonnes de chaux à l’hectare.  » En Belgique, cette pratique est encore peu utilisée. «  Nous travaillons essentiellement avec des forestiers privés. Mais les communes commencent à nous contacter. Cette année, par exemple, nous avons travaillé avec celles de Bullange et de Manhay.  »

Au total, l’entreprise a épandu de la chaux sur 1.250 hectares de forêts cette année. «  300 hectares appartenant à des communes, le reste à des privés. »

Une fois le travail réalisé, il ne sera plus nécessaire de le faire avant une trentaine d’années. «  Même si la solution idéale serait de pouvoir le faire tous les 4-5 ans  », reconnaît toutefois Yves Pirothon.

Cette technique peut, en outre, être pratiquée toute l’année. «  Mais nous suivons la législation en la matière. Elle recommande qu’on n’épande pas en période de nidification.  »

Découvrez le reportage complet dans La Meuse Luxembourg de ce vendredi ou via nos supports numériques.

  • La technique de l'amendement

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent