Publié le Mercredi 10 Août 2016 à

Régions > Centre > Actualité

Horrues: la chocolaterie Le Manon d'Hor aura dix ans en octobre

Jean-Paul Cailleaux

Le 15 octobre 2006, Marc Desagre ouvrait avec son épouse Laurence une chocolaterie à Horrues. Cette année, Le Manon d’Hor fêtera son dixième anniversaire.


Laurence, Marc et Damien souffleront les dix bougies de la chocolaterie le 29 octobre. Question
: qui fera le gâteau
?

JPC

Laurence, Marc et Damien souffleront les dix bougies de la chocolaterie le 29 octobre. Question : qui fera le gâteau ?

Il y a dix ans, Le Manon d’Hor ouvrait ses portes pour le plus grand plaisir des amateurs de chocolat. Des amateurs de plus en plus nombreux, il faut le dire, surtout depuis 2012 quand l’artisan a obtenu avec sa « Saint-Martin » le prix de la meilleure praline de Belgique. La Saint-Martin (du nom de l’église d’Horrues) est une praline moulée au chocolat de Madagascar fourrée de ganache au caramel, d’une purée de mangue et de cocktail caraïbes. La vraie pépite du Manon d’Hor

Depuis 5 ans qu’existe ce concours, il est le seul wallon a avoir obtenu cette distinction qui a fait sa renommée. Bien méritée, il faut le dire, car Marc ne se contente pas de « faire » des pralines, il en « invente », conjuguant formes, saveurs, couleurs pour faire de ses créations de délicieux et magnifiques joyaux.

Enseignant de formation (boulangerie-pâtisserie-chocolaterie au CERIA), il a eu envie de se lancer en activité complémentaire. Chance, la maison que le couple venait d’acheter permettait l’aménagement d’un atelier et d’une boutique au rez-de-chaussée. Il s’est lancé. Et… la ganache (à défaut de sauce) a pris.

Une praline éphémère

Offrant à ses clients, locaux d’abord, plus éloignés ensuite, une gamme de plusieurs dizaines (de 30 à 50 variétés selon les saisons) de délices chocolatés fourrés (ou non), Marc est un perfectionniste et ne cesse d’innover, de chercher LA formule qui fait la différence. « Depuis l’an dernier, nous avons mis en place un nouveau concept : la « praline éphémère ». Tous les 15 du mois, nous sortons une nouvelle praline, « de saison », élaborée avec les fruits du moment ou avec des condiments « de circonstance » (massepain-speculoos pour la St-Nicolas, champagne pour les fêtes de fin d’année…, pastis avec couleurs belges pour l’Euro)… Chaque mois il faut se montrer créatif et original… la prochaine, puisque c’est de saison, sera à base de melon… »

Il l’avoue quand même, devant le succès de ses produits, il a dû lâcher un peu de lest avec l’enseignement. Ses activités d’indépendant complémentaires prennent en effet le pas sur son métier de prof. Son épouse Laurence également. Institutrice primaire, elle a pris une pause carrière pour aider son mari et tenir la boutique. Car il faut le dire, s’il y a la chocolaterie, le Manon d’Hor réalise aussi des pâtisseries, des glaces, des montages en chocolat…

« C’est pour cela que j’ai engagé un jeune ouvrier… ». Damien Duquesne, un Sonégien de 25 ans diplômé de l’école d’hôtellerie d’Ath a en effet rejoint l’atelier et parfait sa formation au métier de chocolatier auprès d’un expert.

Soirée anniversaire

Le 15 octobre, le Manon d’Hor aura 10 ans. À cette occasion, Marc et Laurence Desagre organiseront une grande soirée festive au nº 5 de la rue de l’Aire à Horrues. Et si vous voulez déguster les trésors chocolatiers vous pouvez vous rendre à la boutique ou à la foire aux artisans d’Hoves les 20 et 21 août prochains.

À découvrir aussi sur le site www.aumanondhor.be ou, sur la page «Au Manon d’Hor» de Facebook

Retrouvez le chocolatier dans notre page «l’écho des boutiques» de La Nouvelle Gazette avec un reportage sur la boucherie de la Ferme des Trieux de Seneffe.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent