Publié le Mardi 14 Juin 2011 à

Régions > Mons > Actualité

Mons-bo : véhicules électriques, nos communes au ralenti

Cl.W et V.P

Face à la hausse du prix du carburant, comment réagissent les communes de Mons-Borinage pour réaliser des économies? Le véhicule électrique représente-t-il une solution pour les administrations communales qui souhaitent réduire la facture énergétique?

Un rapide sondage dans notre région révèle une certaine réserve de nos communes pour ce type d’investissement.

La commune de Dour qui d’ici l’automne détiendra quatre véhicules de ce type fait figure “ d’exemple ” dans la région. “ C’est une solution d’avenir ”, souligne le maïeur Carlo Di Antonio. “ Nous pensons, en outre, qu’il y a un effet d’entraînement pour les entreprises privées et les citoyens qui pourraient être encouragés à avoir recours à ces véhicules. ”

A Mons, les véhicules électriques ne représentent que 1 % du parc automobile communal... “ Le prix de ces véhicules reste malgré tout élevé, explique l’échevin Darville. Car pour le prix d’un électrique, j’achète deux véhicules essence... De plus, les bénéfices réalisés sur la non consommation de carburant ne compensent pas la différence du prix des véhicules... ”

A Mons, les deux Peugeot électriques affichent annuellement chacune environ 5.000 km au compteur. Ce qui est finalement peu. “ C’est aussi un inconvénient, souligne Marc Darville, on ne sait pas faire de longs parcours avec ce type de véhicules. ”

Frameries, Hensies et Quévy ont pour leur part clairement renoncé à l’électrique ! “ On n’exclut pas y avoir recours. Mais nous n’entendons pas le faire seulement pour satisfaire à une mode, ” confie le maïeur Jean-Marc Dupont. “Parmi nos dernières acquisitions effectuées, il s’est avéré que ces véhicules ne correspondaient pas à nos besoins. La question du coût aussi est importante. Il importe pour nous de préserver les finances communales. ”

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent