Publié le Mercredi 15 Juin 2011 à

Actualité > Economie

Electricité trop chère: la faute aux intercommunales?

michel Declercq

Pour les libéraux, les ministres PS et Ecolo de l’énergie n’en finissent d’ajouter des charges sur l’énergie, lesquelles se répercutent sur les factures aux consommateurs. Pas question, disent-ils dès lors, d’incriminer la libéralisation du secteur.

Mon dieu, que a devient cher... (News)

David Clarinval, député MR, a fait ses comptes. Dans une facture électricité, la partie libéralisée (le coût de la matière première) ne représente que 36 %. Le reste, soit 64 %, c’est la partie régulée. Par l’État fédéral, les Régions, les intercommunales.

Et d’exhiber un tableau de la Commission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (CREG) qui montre qu’entre décembre 2007 et décembre 2010, si la composante énergie de la facture n’a grimpé que de 4,94 %, les surcharges et taxes ont progressé de 7,21 %, les coûts des réseaux de 43,39 % et les cotisations énergie verte de 60,50 %.

La faute, selon le député libéral, aux multiples obligations de service public qui sont imposées aux gestionnaires de réseau et répercutés sur le consommateur.

Les libéraux avancent donc trois propositions.

Primo, envoyer des factures encore plus transparentes. Sur la première page, un tableau diviserait la facture totale en trois parties: électricité proprement dite; coût des réseaux de distribution et de transport; et, enfin, surcharges (taxes, cotisations et TVA).

Secundo, évaluer la pertinence des obligations de service public qui représentent 7 % des coûts de distribution en Wallonie et 18 % à Bruxelles.

Tertio, mener une réflexion sur le coût des intercommunales.

Paul Magnette, ministre PS en charge de l’Energie dit refuser la polémique. Mais entre libéraux et socialistes, il y a à nouveau comme de l’électricité dans l’air...

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent