Publié le Mardi 14 Février 2017 à

Régions > Brabant wallon > Actualité

HELHa: les assistants sociaux refusent de révéler des infos en lien avec le terrorisme

Rédaction en ligne

Les étudiants et les enseignants de la Haute école Cardijn de Louvain-la-Neuve ont mené mardi une action « sparadrap » pour protester contre la proposition de loi déposée visant à obliger les assistants sociaux à dénoncer les informations relevant du terrorisme dont ils auraient connaissance dans le cadre de leur relation professionnelle avec les usagers.


Ils protestent contre la proposition de loi.

D.R.

Ils protestent contre la proposition de loi.

Les protestataires rappellent que le secret professionnel, inscrit dans des textes internationaux et la Constitution belge, est à la base de la relation de confiance nécessaire à l’exercice du métier d’assistant social.

Plus d’une centaine d’enseignants et d’étudiants se sont réunis dans les locaux de la Haute Ecole Cardijn et se sont collés symboliquement un sparadrap sur la bouche après le discours de la directrice du département social, Béatrice Derroite. Ils dénoncent une atteinte au secret professionnel qui remet en question le sens même du métier d’assistant social et risque de renforcer une culture du soupçon. Ils craignent aussi une prochaine extension des exceptions pour les cas de fraude sociale.

Des inculpations ?

Jugeant la proposition de loi floue et arbitraire, les protestataires se demandent aussi si, lorsqu’un assistant social n’aura rien remarqué, il pourra être sanctionné voire inculpé.

«C’est ainsi qu’au nom de la sécurité publique, du fait de notre proximité avec les personnes les plus fragilisées, on nous incite à être des indics ou des contrôleurs de barbe, de mode de vie, de croyance. Ce n’est pas notre métier!», indique Béatrice Derroitte.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent