Publié le Mercredi 15 Février 2017 à

Régions > Verviers > Actualité

Le marché immobilier en 2016 reste stable en province de Liège

Rédaction en ligne

Les transactions au sein des études notariales ont connu une augmentation de 8,2 % en 2016 en province de Liège, tandis que les prix des biens sont restés globalement stables, ceci aidé par des taux d’intérêt des crédits hypothécaires attractifs. Par contre, les conditions d’octroi d’un prêt restent très strictes. Les notaires se montrent néanmoins inquiets pour l’avenir face à des taux hypothécaires qui ont tendance à augmenter, «les effets pervers» de la taxation à 15 % pour l’achat d’une troisième habitation et «l’augmentation constante» du précompte immobilier, a précisé mercredi Renaud Chauvin, notaire à Verviers, lors de la conférence de presse annuelle des notaires de la province de Liège.


Ils plaident néanmoins pour une harmonisation des taux de prêts

Arch. TVA

Ils plaident néanmoins pour une harmonisation des taux de prêts

Alors que les prix des maisons unifamiliales jointives ou semi-jointives, des terrains à bâtir et des appartements sont restés relativement stables, les prix des villas continuent de baisser tandis qu’une augmentation se fait sentir au niveau des immeubles de rapport pour lesquels une taxation de 15 % est appliquée à l’achat d’une troisième habitation. «L’interprétation est extensible et aléatoire, si bien que nous pensons que cela a un impact sur les transactions sachant que l’on constate une délocalisation des investissements immobiliers. On note ainsi un recul de l’activité de 2,8 % en Wallonie et de 3,8 % en province de Liège», a souligné Paul-Arthur Coëme, notaire à Liège, qui épingle également la complexité de la fiscalité en Wallonie. «Six taux de taxation différents, allant de 0 à 15 %, sont appliqués pour la vente d’immeubles en Wallonie. Ce qui peut mener à de mauvaises surprises chez les acquéreurs. Nous plaidons donc pour une harmonisation des taux».

Les infractions urbanistiques sont également pointées du doigt car, sans le savoir, il n’est pas rare que des candidats acquéreurs s’exposent à l’obligation de régulariser des situations infractionnelles dont ils ne sont pas responsables. «La situation s’est fort aggravée depuis les années 2007/2008 lorsque les communes ont eu le pouvoir de relever les infractions urbanistiques. On a ainsi constaté que beaucoup de situations pas très interpellantes sont en fait infractionnelles. Cela génère une grande insécurité juridique», a déploré Me Coëme. Celui-ci et ses confrères voient donc d’un bon œil la proposition de décret des députés wallons Edmund Stoffels (PS) et Dimitri Fourny (cdH) visant à amnistier les infractions urbanistiques datant d’avant le 1er mars 1998, hors cas graves. Une mesure qui devrait entrer en vigueur en juin prochain.

Les notaires soulèvent par ailleurs que certaines communes restent prisées comme Chaudfontaine, Nandrin, Neupré, Wanze ou encore du plateau de Herve. Ils constatent aussi que certains quartiers connaissent désormais davantage de transactions, comme la place Coronmeuse à Liège ou le centre de Seraing en raison des différents projets qui y ont été développés.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent