Publié le Jeudi 16 Février 2017 à

Actualité > Belgique

"Si vous consultez le compte de Di Rupo, un message d'alerte va apparaître": une protection renforcée est appliquée par les banques aux comptes de ses "VIP"

Adrien de Marneffe

Des mesures de vigilance supplémentaires sont appliquées dans nos banques aux personnalités publiques importantes, et aux politiciens en particulier, pour renforcer le secret bancaire et éviter les fuites malvenues.

PhotoNews

Les Belges sont-ils égaux devant leur banquier ? Les « VIP », au premier rang desquels les politiciens importants, bénéficient d’une protection renforcée de leurs informations bancaires. Contrairement au citoyen lambda… Les banques ne communiquent pas volontiers sur le sujet. Mais les témoignages qui remontent des agences sont suffisamment éloquents.

« Une sorte de filtre »

«  En théorie, un employé de banque ne peut consulter des informations sur un client que s’il a une bonne raison professionnelle de le faire. Mais en pratique, on ne lui demandera que rarement une justification… Sauf s’il s’agit d’un client « VIP  », nous explique le gérant d’une agence Belfius wallonne. «  Il existe une sorte de filtre d’alerte. De sorte que si vous tentez de consulter les informations bancaires d’un politicien important, vous pouvez être certain que vous recevrez un appel ou un mail du siège central dans la foulée vous demandant des justifications. »

Cette protection renforcée permet de mieux protéger les comptes de clients au profil plus exposé, et d’éviter la fuite d’informations éventuellement compromettantes. «  Pour certains clients importants, je ne pouvais pas prendre connaissance du montant disponible sur le compte, ni des transactions effectuées  », raconte une employée d’une agence Belfius qui a quitté son agence très récemment. «  Je prends l’exemple d’Elio Di Rupo : si vous tentez de consulter son compte, un message d’alerte va apparaître à l’écran. Il indique que cette personne fait partie d’un espace protégé, une sorte de coin VIP. Évidemment, cela ne concerne pas le bourgmestre d’une petite commune ou un simple conseiller communal. »

> La suite de notre dossier spécial dans nos nouvelles éditions digitales

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent