Publié le Vendredi 17 Février 2017 à

Régions > Bruxelles > Sports

Le foot bruxellois tend la main à Marcel Habran

Arnaud Bisschop

La proposition d’inviter Marcel Habran à rejoindre le club de football de la périphérie bruxelloise est venue spontanément. Une main tendue du monde du sport à un homme qui a payé sa dette envers la société. Celui que la presse avait qualifié de chef de la bande Habran réfléchit à la proposition.

PhotoNews

Sportivement, le KFC Wezembeek-Oppem, qui évolue en 3 e  provinciale, ne se porte pas au mieux. Avant-dernier de la 3 e  provinciale avec 9 points sur 63, et un goal-average de -55, le club pourrait signer un des transferts les plus retentissants de son histoire. Vous êtes assis ? Marcel Habran ! Oui, celui qui vient d’être définitivement libéré après avoir payé sa dette envers la société : 15 ans de prison pour l’attaque du fourgon de la Brinks à Waremme.

Une main tendue

Bien entendu, le club de foot ne compte pas sur Marcel pour dynamiter les défenses adverses mais plutôt pour ses qualités d’organisation. C’est l’un des membres du club qui nous a contactés après avoir lu, il y a quelques semaines, dans les colonnes de Sudpresse, l’interview de Marcel Habran dans laquelle il évoquait sa libération définitive ainsi que son goût immodéré pour le sport. Ce dernier expliquait qu’il aimerait reprendre une activité afin d’être utile à la société et, il est vrai, d’arrondir ses fins de mois.

À Wezembeek-Oppem, un homme a été très sensible aux déclarations de Marcel Habran. Ouvert d’esprit, le dirigeant de ce club veut tendre une main à celui que le ministère public désignait comme l’ennemi public nº1.

> Retrouver la suite de ce dossier, avec les déclarations de Marcel Habran et du dirigeant de Wezembeek-Oppem, dans nos nouvelles éditions digitales de La Capital Bruxelles.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent