9

Univers > Foot > Foot belge > Division 1B > Union Saint Gilloise

Marc Grosjean ne se met pas la pression avant Union-Standard: "Le favori, c'est le Standard, ils ont un potentiel énorme"

Avec Philippe Dewitte |

Publié le Vendredi 14 Avril 2017 à


Après deux larges victoires en Playoffs 2, Marc Grosjean regrette juste de ne pouvoir accueillir le Standard dans le mythique stade Joseph Marien, en instance de rénovation...

Damien Caumiant

Après deux larges victoires en Playoffs 2, Marc Grosjean regrette juste de ne pouvoir accueillir le Standard dans le mythique stade Joseph Marien, en instance de rénovation...

L’entraîneur de l’Union Saint-Gilloise, auteur de débuts tonitruants dans le groupe A des Playoffs 2 (3-0 contre Malines, 1-4 à Waasland-Beveren), ne veut pas se positionner comme favori pour le choc du week-end, contre le Standard, ce vendredi soir (20h30).

À la tête de l’Union Saint-Gilloise depuis deux saisons, Marc Grosjean veut surtout profiter de ces Playoffs 2 pour confirmer la qualité de son groupe et l’envie du club bruxellois de remonter sur le long terme en Division 1A. « D’ici 2019 ou 2020 », lance-t-il, soit quand l’équipe pourra rejouer dans le célèbre stade Marien.

En attendant, c’est au Stade Roi Baudouin que le club accueille ses adversaires de Division 1B ou des Playoffs 2. Avec une affiche que les supporters n’avaient plus connu depuis 1972, contre le Standard de Liège. Et malgré le beau parcours de l’Union en ces débuts de PO2 et la crise que traverse le Standard, Grosjean ne veut pas se mettre la pression. « Le favori, c’est le Standard », clame-t-il. « Ils vivent une saison compliquée, mais ils ont un potentiel énorme. La qualité est là. Soyons ambitieux mais restons humbles... »

Il compte surveiller un joueur en particulier dans le camp rouche : « La clé du match, c’est neutraliser Belfodil, un joueur hors-norme pour nous, même s’il y en a d’autres... »

> Découvrez notre entretien complet avec l’entraîneur de l’Union Saint-Gilloise Marc Grosjean dans notre nouvelle édition digitale de La Capitale Bruxelles (à lire gratuitement durant un mois).