Publié le Jeudi 18 Mai 2017 à

Régions > Centre > Sports

Natation - Eva Bonnet quitte Philippe Lucas: le déchirement!

Thomas Donfut


A Anvers, Eva Bonnet pourra compter sur un encadrement médical de pointe (FB)

A Anvers, Eva Bonnet pourra compter sur un encadrement médical de pointe (FB)

Alors qu’elle se prépare pour les championnats d’Europe Juniors qui auront lieu cet été, Eva Bonnet a annoncé hier sur les réseaux sociaux sa décision de quitter l’équipe du truculent Phillippe Lucas pour revenir de façon définitive en Belgique. Une décision compliquée à prendre et qui trouve ses causes dans les conditions extrasportives de son « exil » à Narbonne depuis deux ans. « C’est un véritable déchirement pour elle », confirme Benoît cuisinier, son manager. « En fait là-bas, si les conditions d’entraînement sont parfaites ou s’en rapprochent, il n’existe par contre aucune structure logistique, médicale ou scolaire en dehors de ce qui se passe dans la piscine. Par exemple, lorsqu’elle était blessée ou malade, elle devait elle-même trouver les moyens de se soigner. C’est ainsi que cette saison, elle a perdu au moins deux mois de préparation. Quand on est sportif de haut niveau et que l’on a des ambitions aussi grandes que celles d’Eva, on ne peut pas se contenter de s’entraîner. Il faut idéalement une structure externe qui l’encadre. Avec une structure d’hébergement et médicale adéquate ainsi qu’une logistique scolaire, je suis certain que la question d’un retour en Belgique ne se serait jamais venue sur la table. C’est le choix de Philippe Lucas de se concentrer uniquement sur l’entraînement, pas sur tout ce qu’il peut y avoir autour. »

Que l’on s’entende bien, son départ de Narbonne n’a rien à voir avec le caractère parfois explosif et rigoureux du plus célèbre des entraîneurs de natation français. « Bien au contraire, elle apprécie énormément la façon de travailler de Philippe Lucas ainsi que ses méthodes de travail qui peuvent paraître un peu dures. Malgré son retour en Belgique, la philosophie d’Eva ainsi que son abnégation à devenir un jour une très grande sont restées intactes et elle reste ambitieuse. »

Citons d’ores et déjà les championnats d’Europe et du Monde Juniors qui auront lieu cet été mais surtout, et cela n’a pas changé depuis ses débuts, la participation aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Pour cela, c’est désormais à Anvers que se jouera l’avenir d’Eva avec Rik Valcke, coach de la Fédération flamande. «  J’ai fait le choix de revenir en Belgique et de m’entraîner avec la VZF afin d’être suivie médicalement, de bénéficier des facilités logistiques et d’être scolarisée à Anvers. » conclut la jeune nageuse sur son compte Facebook.

Gageons que cette décision sera la bonne pour la jeune mais néanmoins prometteuse Estinnoise.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent