74

Univers > Foot > Foot belge > Division 1A > Standard

Les neuf choses à savoir sur Sa Pinto, le nouveau coach du Standard qui... n'a jamais effectué une saison entière!

Philippe Dewitte |

Publié le Lundi 12 Juin 2017 à

Depuis ses débuts comme coach principal, en février 2012 à Leiria, il a connu sept clubs en cinq ans et est toujours arrivé après le début du championnat, ou parti avant la fin...

La carrière d’entraîneur de Sa Pinto est faite de hauts et, surtout d’instabilité. Il n’a jamais bouclé une saison complète…

1) L’apprentissage comme adjoint de Victor Pontes, en 2010-2011 à Leiria

Après avoir été très brièvement directeur sportif du Sporting du Portugal (étant contraint à la démission après trois mois suite à une bagarre), il fait ses premières armes à Leiria, comme T2. En fait, au mois d’octobre, l’entraîneur principal, Pedro Caixinha est remercié et remplacé par Vitor Pontes, qui prend Sa Pinto comme adjoint. Il le restera jusqu’à la fin de la saison, terminée à la 10 e  place.

2) Son plus beau coup : le dernier carré de l’EL avec le Sporting, en 2012

En juin 2011, il quitte Leiria pour retourner à Lisbonne, où il devient coach de l’équipe juniors du Sporting du Portugal. Et le 13 février 2012, il succède à Domingos Paciencia comme T1 de l’équipe première, après une série de mauvais résultats. Il ne fait pas de miracles en championnat (le Sporting est 4 e  à son arrivée, et le restera, mais il atteint la finale de la Coupe du Portugal (défaite 0-1 face à Coimbra) et, surtout, il se hisse en demi-finales de l’Europa League. Pour ce faire, avec un effectif où on retrouve notamment l’ex-Standardman Onyewu, l’actuel Eupenois Jeffren et Capel (Anderlecht) il élimine le Legia Varsovie en 16 es , Manchester City en 8 es  et Karkhiv en 1/4, avant d’être sorti par Bilbao. C’est surtout la double confrontation avec City qui frappe l’imagination car les Citizens de Roberto Mancini ont déjà une très grosse équipe, avec notamment Kompany, Kolo Touré, David Silva, Dzeko et Agüero. Le Sporting gagne 1-0 à l’aller et s’incline 3-2 à Manchester, après avoir mené 0-2…

La saison suivante se passe moins bien : Sa Pinto est viré le 5 octobre 2012 alors que le Sporting est 7 e .

3) À l’Étoile Rouge, en mars 2013, il succède à… Jankovic, qui vient d’être viré !

Il doit attendre le 19 mars 2013 pour retrouver un poste, à l’Étoile Rouge de Belgrade, alors 2 e  du championnat de Serbie, à 11 points du Partizan, et qui vient de virer un certain Aleksandar Jankovic… Sa Pinto redresse la situation (8 victoires, 3 défaites) pour finir la saison toujours à la 2 e  place mais à 5 longueurs seulement du Partizan. Mais le 19 juin 2013, il est en désaccord avec les dirigeants, notamment sur le recrutement, et claque la porte.

4) Il redresse l’OFI Crète en 2013-2014

Le 16 octobre 2013, il est appelé au chevet de l’OFI Crète, 7 e  du championnat grec avec 5 points en 7 matches (0 victoire, 5 nuls, 2 défaites). Il remet l’équipe dans le sens de la marche pour terminer la saison à la 6 e  place. Mais il décide de s’en aller…

5) Premier passage à Atromitos en 2014 : il démissionne en cours de saison

Le 25 septembre 2014, il signe dans un autre club grec : Atromitos. Mais, en conflit avec ses dirigeants, il démissionne le 5 février 2015, après une défaite à l’Olympiacos (2-1), alors que son équipe, 6 e  à sa prise de pouvoir, est tombée à la 8 e  place.

> Retrouvez notre dossier complet sur le Standard de Liège et la présentation de Sa Pinto sur notre nouvelle édition digitale.