Publié le Dimanche 17 Juillet 2011 à

Sports > Cyclisme > Route > Tour de France

15e étape: Cavendish s'impose à nouveau + autres réactions

Rédaction en ligne

Mark Cavendish s'est imposé dans la 15e étape en battant au sprint Farrar et Petacchi et remporte par la même occasion son 19e succès d'étape sur la Grande Boucle. Le Britannique fait une excellente opération au classement du maillot vert. A la régulère Rojad et Gilbert sont largués. Revivez le live de la 15e étape.

AFP

AFP

Voici sa réaction: "C'est moi qui franchis la ligne en premier mais c'est vraiment un travail collectif. Toute une équipe est derrière moi. Elle a travaillé du début à la fin, elle m'a offert la victoire sur un plateau. Sur mes 19 victoires, il n'y en a pas une seule remportée sans l'aide de mes coéquipiers. Aujourd'hui, on a eu du vent toute la journée. Les coureurs placés au classement voulaient être devant, ils avaient peur d'être pris dans une cassure. J'ai dû batailler toute la journée avec les frères Schleck, Basso, Evans... Le final était difficile techniquement, à cause du vent de côté et des attaques. Mais mon équipe s'est occupée parfaitement de moi. Sans elle, je le répète, ça ne pourrait pas aussi bien se passer. Le maillot vert ? J'ai une position favorable. Mais il faut faire attention. En 2009, j'avais perdu des points à cause d'une disqualification. L'an dernier, ça s'est joué à dix points. On ne peut jurer de rien. Gilbert est un attaquant, Rojas est meilleur que moi en montagne."

Autres réactions

Tyler Farrar (USA/Garmin), 2e de l'étape: "Je voulais vraiment gagner mais malheureusement ça ne s'est pas passé comme on voulait. C'était une journée stressante avec beaucoup de vent mais l'équipe a bien travaillé et m'a emmené en bonne position pour le final. La journée de repos demain (lundi) fera du bien et je suis impatient d'arriver à la dernière semaine et de tenter une nouvelle fois notre chance sur les Champs".


    
Julian Dean (NZL/Garmin), 18e de l'étape: "Je n'ai pas pu emmener Tyler pour lui donner le petit supplément de vitesse nécessaire pour le final. Il ne pouvait rien faire aujourd'hui (samedi). La HTC a bien joué le coup. On tentera notre chance à Paris, il n'y aura pas d'autres occasions de sprint. D'ici là, il y a des étapes très dures, on va se mettre en mode +survie+ pendant quelques jours."


    
Alessandro Petacchi (ITA/Lampre), 3e de l'étape: "J'ai perdu mes chances de gagner quand certains coureurs m'ont sorti de la roue de Cavendish. J'ai dû tout refaire avec le vent de face. Ma condition était bonne, j'ai remonté quelques coureurs mais pas suffisamment. Je remercie mes équipiers: Hondo a été parfait comme d'habitude mais les autres coureurs m'ont aussi bien aidé." 


    
Ben Swift (GBR/Sky), 6e de l'étape: "C'était rapide, vraiment dingue. J'ai bien été protégé par Edvald (Boasson Hagen) et Geraint (Thomas). J'aurais peut-être pu viser plus haut avec une personne en plus mais évidemment il faut de la chance et beaucoup de vitesse pour battre +Cav+. J'ai fait de mon mieux et je fais 6e."


    
Cadel Evans (AUS/BMC), 3e du général: "Ca a roulé très vite toute la journée. Ca a été très nerveux. Le vent changeait selon que la route tournait à gauche à droite. Il y avait des risques de chutes, il fallait rester devant. Marcus Burghardt puis George Hincapie m'ont bien protégé. Il y a parfois eu des tensions parce que les équipes de sprinteurs veulent être devant mais nous aussi on doit être devant au cas où..." 


    
Alberto Contador (ESP/Saxo Bank), 7e du général: "Maintenant, je pense à la journée de repos. Aujourd'hui (dimanche) les jambes ont bien répondu. Il faut désormais profiter de chaque minute pour récupérer dans l'optique des Alpes."

 

Mickaël Delage (FRA/FDJ), échappé: "Il y avait du vent de trois-quart dos, et il ne fallait pas que le peloton laisse beaucoup d'avance, ils ont bien géré. Je m'attendais à ce que ça ne casse pas (dans le peloton). (Quand Ignatiev et Tepstra partent) Le Français (Anthony Delaplace) laisse la cassure à moitié: soit il y va, soit il fait comme il a fait et il laisse la cassure. Après, une fois qu'Ignatiev est parti, je me suis résigné. En plus, le Saur (Anthony Delaplace) a appelé sa voiture pour sauter quelques relais et ne pas rouler derrière Dumoulin parce qu'il n'est pas grand... C'est dur, je suis content que la journée de repos arrive." 


    
Anthony Delaplace (FRA/Saur), échappé: "Je n'y ai pas trop cru. On a eu quatre minutes d'avance, il en fallait 7, 8 minutes pour espérer aller au bout. C'était l'avant-dernière chance des sprinteurs, c'était presque sûr qu'ils n'allaient pas nous laisser partir. Avec, le vent de dos et un peu de côté, c'était un peu tendu derrière (dans le peloton) en raison des risques de bordure. Avec un peloton nerveux, c'était +chaud+ pour nous d'aller au bout."

Voeckler: 0% de chance de gagner le Tour

Le maillot jaune actuel a repondu aux questions à la veille de la 2e journée de repos. "J'ai 0% de chance de gagner le Tour de France" a répondu dimanche le maillot jaune Thomas Voeckler aux pronostics, qui enflent depuis la veille et l'annoncent comme un possible vainqueur de la Grande Boucle 2011.

Jusqu'à samedi, la question était de savoir comment vous alliez garder votre maillot jaune. On parle désormais de vous voir gagner le Tour de France. Est-ce difficile à assumer ?

"Non, ce n'est pas difficile parce que je me concentre sur mon travail sur le vélo, sur l'aspect sportif. Je ne suis pas là pour gagner le Tour de France, ce n'est pas mon objectif, je pense même que je n'ai aucune chance. J'ai réussi à suivre les favoris hier (samedi au plateau de Beille). Ce serait un bonheur d'arriver à les suivre par la suite mais je n'estime pas avoir le niveau en haute montagne. Hier (samedi) c'est presque une anomalie que j'ai pu les suivre ! Je ne me prends pas trop la tête. Bien sûr, avoir réussi à les suivre, ça motive. Maintenant, je sais ce que sont les Alpes, je m'attends à des moments très difficiles."
   
Vous affirmez ne pas pouvoir gagner le Tour. Mais tous les Français l'attendent... Dans quelle mesure voulez-vous gagner ce Tour ? 

"Tout le monde voudrait gagner le Tour ! Les Français, je le sens bien, attendent une victoire depuis Bernard Hinault (1985) et un Français sur le podium depuis Richard Virenque (1997). Je ne veux pas mentir au public, il reste une semaine. Peut-être que ça ferait de la publicité si j'annonçais: +Je suis en jaune, je vais gagner+. Le Tour a été dessiné pour que la dernière semaine soit décisive. Je vais me battre. Mais j'estime avoir 0% de chance de gagner le Tour de France."

Pensez-vous pouvoir éventuellement compter sur un coup de main d'autres équipes françaises ?

"Je ne pense pas. Dans la montagne, les coups de main, ça n'existe pas. Ou on a les jambes pour suivre ou on n'arrive pas à suivre. Ce n'est pas comme sur le plat. Je ne m'attends à aucune aide à part celle de mes coéquipiers."

Classement de l'étape:

1. Mark Cavendish (GBR/HTC)                   les 192,5 km en 4h20:24.  (moyenne: 44,4 km/h)

2. Tyler Farrar (USA/GRM)

3. Alessandro Petacchi (ITA/LAM)   

4. Daniel Oss (ITA/LIQ)                                       

5. José Joaquin Rojas (ESP/MOV)                                

6. Ben Swift (ENG/SKY)                                           

7. Gerald Ciolek (GER/QST)                                       

8. Tony Gallopin (FRA/COF)                                     

9. Francisco Ventoso (ESP/MOV)                                  

10. Sébastien Hinault (FRA/ALM) 

Déroulé de l'étape

Okm: Cavendish remporte un nouveau succès bien emmené par Renshaw. Farrar et Petacchi complètent le podium.

3km: Gilbert est repris mais les HTC ont été déstabilisés.

4km: Gilbert dynamite la fin de l'étape en attaquant. Deux coureurs l'ont rejoint. Mais les HTC accélère dans le peloton.

8km: Le peloton est à bloc derrière les échappées sous l'impulsion des HTC, l'écart se réduit fortement.

20km: Les équipes des sprinters donnent le tempo

28km: Le peloton a accéléré l'allure sous l'impulsion des grosses équipes qui redoutent le coup de bordure. Toujours 1 minute de retard sur les échappées.

37km: L'écart entre le peloton et le groupe des cinq se stabilise à 1:20

45km: Après le sprint intermédiaire, Philippe Gilbert rencontre quelques soucis mécaniques.

45km: Alors qu'il a un accuse un retard d'une minute, le peloton est au sprint intermédiaire: Cavendish passe devant Rojas et Gilbert.

46km: Delage règle le sprint devant Dumoulin. Delaplace prend la 3e place.

47km: Les hommes de têtes s'approchent du sprint itnermédiaire et ont toujours au moins 1:27 d'avance. Le peloton a mis le turbo en vue de l'arrivée.

90km: Les échappées sont au ravitaillement, placé au milieu de l'étape.

98km: L'écart entre les échappées et le peloton est toujours de 3 mintues.

109km: Ignatiev passe en tête au sommet de la Cote, le Russe empoche un point.

112km: Les cinq hommes de tête sont dans l'ascension de Villespassans (4e catégorie)

113km: Cavendish a crevé mais pas de problème, le Britannique est revenu dans le peloton

125km: Gilbert change de chaussons.

140km: L'écart est stabilisé aux alentours de 3 minutes. Le peloton garde les cinq hommes échappés en point de mire.

184km: Les cinq coureurs ont augmenté leur avance à plus de 3 minutes.

188 km: Cinq hommes ont pris une minute d'avance: Delage (FDJ), Dumoulin (Cofidis), Delaplace (Saur-Sojasun), Terpstra (Quick-Step), Ignatiev (Katusha).

190 km: Comme prévu, de nombreuses attaques sont à dénombrées

192km: Départ donné, 170 coureurs s'élancent, Bonnet hier est arrivé hors délai

Présentation de l'étape

Après les Pyrénées et la fabuleuse victoire de Jelle Vanendert au Plateau de Beille samedi, l'étape du jour va permettre aux cadors de se remettre de leurs efforts pour laisser la vedette aux sprinters: Cavendish, Rojas, Greipel, Farrar ou Feillu. Ou pourquoi pas une échappée?

Si Voeckler ne doit pas trop se faire de souci pour son maillot jaune, il faudra se méfier des éventuelles bordures en fin d'étape puisque le parcours vers Montpellier longue la Meditérranée et le vent risque de bien souffler.

Les coureurs souffrant encore de leur chute devront se méfier du début d'étape. 24h avant la 2e journée de repos, ça risque de démarrer très vite dès le départ donné.

Plus d'informations

Le PROFIL de la 15e étape.

RESULTATS et classements.

Toutes nos INFORMATIONS sur le Tour de France.

Notre DOSSIER Tour de France.

Toutes les PHOTOS du Tour de France.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent