Publié le Lundi 18 Juillet 2011 à

Fun > Tendances

Chaque semaine, 3.333 personnes oublient le code PIN ou PUK de leur carte d'identité

Rédaction en ligne

L’an dernier, 173.298 personnes ou, en moyenne, 3.333 personnes par semaine ont contacté le SPF Intérieur parce qu’ils avaient oublié le code PIN et/ou PUK de leur carte d’identité électronique (eID), indique-t-il lundi dans un communiqué.
Illustration Photonews

Illustration Photonews

La demande d’un nouveau code PIN et/ou PUK est gratuite pour le citoyen, mais coûte cependant 0,59 euro au SPF Intérieur. Ainsi, l’an dernier, le département a dû débourser 102.245 euros pour de telles demandes.

“En plus de ce coût, nous constatons que le traitement des demandes PIN-PUK mobilise deux personnes à plein temps. C’est beaucoup”, estime Luc Vanneste, directeur général de la DG Institutions et Population.

Par ailleurs, en 2010, le SPF a eu connaissance de 48.267 cas de puces électroniques défectueuses.

“Il arrive que l’eID soit manipulée avec négligence. La puce peut se décoller à cause d’un défaut de production, mais aussi parce que certains hommes - surtout les jeunes - la glissent, sans protection, dans leur poche arrière. En se pliant chaque fois que la personne s’assied, elle risque effectivement de se détériorer.”

Le SPF Intérieur a dès lors décidé d’éditer des cartes reprenant des conseils de base en matière d’eID et de Kids-ID, une carte d’identité électronique réservée aux enfants de moins de 12 ans. Dès l’automne, plus de 2 millions de cartes informatives seront diffusées, par l’intermédiaire des communes.

Le SPF Intérieur entend de cette manière sensibiliser les citoyens à l’importance de conserver les codes PIN et PUK de l’eID et de demander à temps la Kids-ID.

En 2010, 8.028 Kids-ID ont été demandées en urgence, une procédure qui coûte 170 euros par carte (sans taxe communale), soit au total 1.364.760 euros à charge des parents.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent