Publié le Mercredi 12 Juillet 2017 à

Culture > Scène

58e Festival Royal de Théâtre de Spa (du 11 au 21 août): le rendez-vous incontournable de la production belge

Pierre Germay

Vitrine de la production belge, le Festival de Théâtre de Spa sera à nouveau cet été, du vendredi 11 au lundi 21 août, l’événement théâtral incontournable en Belgique francophone. Suivant la volonté d’Axel De Booseré, le co-directeur du Festival, toutes les formes de théâtre y seront représentées: théâtre classique de répertoire, théâtre contemporain, cabaret-théâtre, théâtre musical, théâtre-vidéo, théâtre pour enfants, théâtre de rue… Avec plusieurs spectacles mettant en exergue la montée des extrêmes mais aussi la solitude, l’euthanasie, la vie en maison de repos ou encore la mort.


On pourra découvrir «On ne badine pas avec l’Amour» d’Alfred de Musset mise en scène de Benoît Verhaert.

Isabelle De Beir

On pourra découvrir «On ne badine pas avec l’Amour» d’Alfred de Musset mise en scène de Benoît Verhaert.

Au programme, les spectateurs, encore au nombre de 10.000 l’an passé, pourront découvrir, ou revoir, des représentations qui ont fait la une de l’actualité théâtrale lors de la saison écoulée en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais aussi des créations, d’auteurs belges, qui font la réputation du Festival depuis tant d’années déjà.

C’est avec « Cercle Miroir Transformation », une pièce d’Annie Baker (déjà lauréate du Prix Pulitzer à 35 ans) créée en 2009 à New York, que s’ouvrira le Festival, le vendredi 11 août, à 20 heures 30, au Théâtre Jacques Huisman. Entre rire et émotions, la pièce met en scène deux hommes et deux femmes qui, dans un petit village du Vermont, à l’occasion d’un atelier artistique, dévoilent peu à peu leurs aspirations profondes mais aussi leurs fragilités. C’est la première fois que cette pépite du théâtre contemporain est montée en Belgique.

Côté créations, citons d’abord « Caméléon » de Jean Muno, un plongeon subtil dans l’univers ironique et fantaisiste de cet auteur belge, prix Rossel en 1979, qui suit un homme ordinaire s’insurgeant contre les leurres et les impostures de notre société. Puis « Jours radieux » de Jean-Marie Piemme qui, à travers l’histoire de la famille des Blonds, dénonce avec humour l’attrait que peut exercer chez certains le discours populiste de l’extrême droite. Et enfin « La solitude mammouth » de Geneviève Damas, prix Rossel pour son roman « Si tu passes la rivière » en 2011, et qui, au moyen d’un texte drôle, cruel et jubilatoire, évoque une mère de famille dont le sol semble se dérober sous ses pieds quand son homme lui annonce qu’il a rencontré quelqu’un…

Au rayon des classiques, on retiendra « On ne badine pas avec l’amour », chef d’œuvre du romantisme qu’Alfred de Musset a écrit à seulement 24 ans et que la mise en scène de Benoît Verhaert ponctue de chansons, de poèmes et de bruitages ludiques ; « Bouvard et Péruchet » de Gustave Flaubert, et « L’affaire de la rue Lourcine » d’Eugène Labiche, tous deux programmés dans le cadre de l’accueil français et dont l’écho à notre monde contemporain n’échappera à personne.

Le Festival proposera encore des espaces de rencontres inédites avec les auteurs, les comédiens et les metteurs en scène, ainsi que des lectures d’œuvres contemporaines et des spectacles pour enfants dès 4 ou 5 ans. Sans oublier le chapiteau des « Baladins du Miroir » de retour à Spa pour offrir trois représentations du « Roi nu », inspiré de quatre contes d’Andersen et mis en scène de façon très contemporaine et décalée.

Découvrez la programmation complète sur le site officiel ( www.festivaldespa.be ) et réservez vos places par courriel à l’adresse reservation@festivaldespa.be, ou par téléphone au n° gratuit 0800/24.140.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent