Publié le Lundi 17 Juillet 2017 à

Culture > Cinéma

La star de "Mission: Impossible", Martin Landau, meurt à 89 ans (photos + vidéos)

Afp

Lire aussi : Décès du réalisateur américain George A. Romero, pionnier du film de zombies avec "La nuit des morts vivants" (vidéo)

Martin Landau, acteur américain et star de la série télévisée «Mission: Impossible», récompensé par un Oscar pour «Ed Wood» de Tim Burton, est mort samedi à Los Angeles, à l’âge de 89 ans, a annoncé dimanche son agent Dick Guttman.

Né en 1928 à New York, il commence sa carrière professionnelle comme artiste de bandes dessinées pour des journaux new-yorkais, tout en se produisant au théâtre «off Broadway».

Sélectionné avec Steve McQueen, sur 2.000 candidats, lors d’une audition du studio Lee Straberg en 1955, il tient plusieurs rôles de second plan sur grand écran, notamment en 1959 dans un des plus célèbres films d’Alfred Hitchcock, «North by Northwest» («La mort aux trousses»).

Martin Landau a été marié, de 1957 à 1993, avec l'actrice Barbara Bain. Ils ont eu deux filles, l'actrice Juliet Landau et la productrice de films Susan Bain Landau Finch. Le début de carrière de Martin Landau a été marqué pour sa superbe interprétation de Rollin Hand (le maître des déguisements) dans la série Mission impossible (1966-1969) aux côtés de sa femme, qu'il retrouvera quelques années plus tard dans la série britannique de science-fiction Cosmos 1999 (1975-1978) où il joue le commandant Koenig ("Roi").

(Il a joué le commandant Koenig dans Cosmos 1999 - Reporters)

(Reporters)

Il figure au générique de films comme «Cléopâtre», «La Plus grande histoire jamais contée» ou encore «Nevada Smith», avant de connaître un large succès grâce à la série télévisée «Mission : Impossible», dans lequel il incarnait Rollin Hand.

Après s’être vu confier durant de longues années des rôles de mauvais garçons, Martin Landau fait un retour remarqué en 1988, interprétant un sympathique homme d’affaires dans le film de Francis Coppola «Tucker», qui lui vaut sa première nomination pour l’Oscar du meilleur second rôle. Il est nominé une deuxième fois l’année suivante pour son rôle dans «Crimes et délits» de Woody Allen.

Il décroche en 1995 l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation de Bela Lugosi dans le film de Tim Burton, «Ed Wood».

(Avec le réalisateur Tim Burton - Reporters)

«C’est bizarre», se rappelait-il en 1994 dans une interview au Times. «Tim m’a appelé de but en blanc et m’a dit: tu as travaillé avec tout le monde, tu as fait de très bon films avec des réalisateurs majeurs, tu as fait des films kitchs pourris avec des réalisateurs épouvantables. Tu as de la présence et tu as beaucoup de points communs» avec le personnage de Béla Lugosi.

«C’est comme ça qu’il est venu à moi. J’étais choqué. J’ai dit: tu as fait irruption dans ma tête et je ne peux plus te sortir de là», avait-il expliqué.

C’est à la télévision que le public avait pu le retrouver ces dernières années, dans les séries télévisées «Entourage» ou encore «FBI:Portés Disparus».

En 2017, il incarne encore le docteur Abe Mandelbaum dans le film «The Last Poker Game», primé au Festival du film de Tribeca. Selon l’agent de l’acteur, Dick Guttman, ce film parle «des défis et des difficultés de la vieillesse, tout en soulignant que la vie doit être pleinement vécue à n’importe quel âge».

Martin Landau a succombé samedi à des complications inattendues pendant une hospitalisation à Los Angeles.

Décès du réalisateur américain George A. Romero, pionnier du film de zombies avec "La nuit des morts vivants" (vidéo)

George A. Romero

George A. Romero

Photo News

Réalisé en 1968, «La nuit des morts vivants» a ouvert une longue série de films de zombies, inspirés par cette oeuvre pionnière.

Le réalisateur souffrait d’un cancer, il est décédé dans son sommeil dimanche, a affirmé son manager à Variety.

«Le réalisateur légendaire George A. Romero est décédé dimanche 16 juillet, en écoutant la bande originale de +L’homme tranquille+, un de ses films préférés», a annoncé Chris Roe dans un communiqué.

«Il est mort en paix dans son sommeil, après un combat bref mais déterminé contre un cancer du poumon, laissant derrière lui une famille aimante, beaucoup d’amis et un héritage cinématographique qui a persisté et continuera de persister, à l’épreuve du temps», a ajouté son manager.

Sa femme et sa fille étaient à ses côtés, selon le communiqué.

Tourné en noir et blanc, avec un budget d’à peine plus de 100.000 dollars et des acteurs inconnus, «La nuit des morts vivants», sorti en 1968, raconte l’assaut d’une ferme isolée par une horde de morts sortis de leurs tombes à la suite d’une mutation. Il joue sur les frayeurs d’une époque marquée par la guerre du Vietnam, la course aux armements et la fascination pour les ovnis.

Le film, devenu un classique, a rapporté plus de 30 millions de dollars à travers le monde et a été suivi de cinq autres dans la même veine réalisés par George A. Romero, dont «Le jour des morts-vivants» et «Dawn of the Dead». Le réalisateur avait reconnu avoir été inspiré par le roman de science-fiction «Je suis une légende» de Richard Matheson, paru en 1954.

«La nuit des morts-vivants» a aussi donné naissance à un nouveau genre de films, devenu incontournable à Hollywood.

Le film a été ajouté en 1999 au Registre national des films des Etats-Unis, qui regroupe des oeuvres considérées comme «culturellement, historiquement ou esthétiquement importantes».

Tous les films de George A. Romero, né en 1940 d’un père cubain et d’une mère américano-lithuanienne, ont été tournés à Pittsburgh, en Pennsylvanie, ville où il fait ses études universitaires, ou dans les alentours.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent