Publié le Vendredi 28 Juillet 2017 à

Culture > Scène

Voici à quoi ressemblera le concert de U2 mardi au Stade roi Baudouin

Ch.V.

80.000 spectateurs, deux soirs de suite au stade de France. Bono and co n’ont pas perdu leur public en route alors qu’ils célèbrent sur scène les 30 ans de leur album mythique «Joshua Tree». Nous avons assisté à l’une des représentations parisiennes du «Joshua Tree Tour»!

Vidéos

SP

Que serait aujourd’hui U2 sans cet album et le meilleur des technologies pour écrans géants?

11 titres, presque aussi connus les uns que les autres joués dans l’ordre de l’album (de «Where the streets have no name» à «Mothers of the disappeared») et les quatre gars ne doivent pas déployer trop d’efforts pour séduire une foule principalement constituée de quadras et de quinquas revivant leur jeunesse gentiment rock.

U2 aujourd’hui c’est ça: du rock gentil qui n’a pas vieilli. Bono – tout droit sorti de sa visite chez les Macron – l’est, gentil: sur le plus grand écran LED jamais construit pour un concert (61 mètres de long sur 14 de haut) il dénonce Trump et défend la cause des immigrés (sur l’émouvant, la voix de Pavarotti en fond, « Miss Sarajevo ») en répétant «Liberté égalité fraternité».

Le problème avec pareil mastodonte comme écran, c’est que ça rapetissait encore un peu plus les quatre gars. Déjà pas bien grand – et oserait-on l’écrire pas vraiment une bête de scène – Bono en deviendrait presque invisible. Ouf il y a cette scène qui s’avance dans la foule. Et un répertoire, hors «Joshua Tree», qui a de quoi mettre le feu: d’un «Sunday Bloody Sunday» en ouverture à des «Elevation» et «Beautiful day» qui font toujours leur effet. Et qui devraient assurément soulever la foule du stade Roi Baudouin mardi prochain.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent