Publié le Mardi 15 Août 2017 à

Actualité > Santé

Le «binge watching» augmente les risques de mauvais sommeil, d'après une étude

Belga

Les personnes victimes de « visionnage boulimique » de séries télévisées – phénomène également appelé « binge watching » – courent, en raison de l’excitation mentale dans laquelle elles se trouvent, un risque plus important de mauvaise récupération pendant leur sommeil.


© Capture web

© Capture web

Liese Exelmans, doctorante à la Leuven School for Mass Communication Research (KU Leuven), est arrivée à cette conclusion après avoir interrogé 423 jeunes sur leurs habitudes de consommation médiatique et la qualité de leur sommeil.

Quatre-vingts pour cent des personnes interrogées affirment s’adonner régulièrement au « gavage télévisuel ». Plus du quart d’entre eux disent n’y succomber que quelques fois par mois, tandis qu’un sur cinq avoue craquer plusieurs fois par semaine. Un tiers de ces « binge watchers » dorment plus mal que leurs congénères du même âge.

Le problème ne concerne pas la durée du sommeil, car la majorité des répondants dort près de huit heures par jour. « C’est la qualité du sommeil qui est de moindre qualité. Les personnes qui effectuent du visionnage en rafale régulièrement trouvent le sommeil plus difficilement et certaines sont même confrontées à l’insomnie. Les études précédentes indiquent que ce n’est pas le cas dans une consommation télévisuelle ’normale’», explique Mme Exelmans.

La chercheuse impute ces problèmes à l’excitation mentale suscitée par les séries. « Après plusieurs heures de ’binge watching’, votre esprit est encore occupé avec le récit et les personnages de la série. » Des séries comme ’Game of Thrones’, ’Breaking Bad’ et ’House of Cards’ créent un lien très particulier avec les personnages. Chaque épisode termine ainsi avec un clifhanger qui vous pousse à poursuivre le visionnage. »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent