Publié le Vendredi 18 Août 2017 à

Sports > Hockey > International

Anouk Raes, capitaine des Red Panthers, avant l'Euro 2017: «Nous avons évolué depuis la World League»

Rédaction en ligne

Les Red Panthers, l’équipe nationale féminine de hockey, tenteront lors des prochains championnats d’Europe d’Amsterdam de démontrer que la position actuelle de leur classement mondial, soit le 14e rang, n’est plus représentatif de leur valeur. Elles entameront leur tournoi ce samedi, dès 12h30, contre la République tchèque, 24e mondiale, avant d’enchaîner dimanche contre les Pays-Bas, numéro 1 mondial, pour clôturer mardi la phase de groupes contre l’Espagne (FIH 10).


Anouk Raes (Photo News)

Anouk Raes (Photo News)

Malgré la forte déception d’avoir manqué aux shoot-outs la qualification pour le dernier carré de la demi-finale de la World League, et une 8e place finale, fin juin à La Rasante, les Red Panthers ont trouvé les ressources afin de préparer l’Euro de hockey.

«Ce fut certainement plus facile de reprendre les entraînements qu’après notre élimination pour les JO de Rio, il y a deux ans à Brasschaat», a expliqué Anouk Raes, l’attaquante centrale et capitaine des Red Panthers. «Le groupe avait envie de recommencer cette fois. Depuis lors, nous avons évolué tactiquement, en travaillant certains automatismes de press et de sorties de défense notamment, mais c’est surtout notre mentalité qui a évolué. Maintenant, on part pour gagner, même contre des pays forts comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, alors qu’avant on ne se rendait pas compte de nos capacités. On travaille énormément ce ’winning spirit’ et on gère également mieux la pression à force de jouer contre des grandes nations. C’est pour cela que notre repêchage pour disputer la prochaine Pro League est réellement du pain béni pour nous», a ajouté la capitaine belge, qui veut aller le plus loin possible dans ce tournoi continental.

«Tout le monde dans l’équipe a envie d’aller en demis, mais notre staff nous répète aussi qu’il ne faut pas brûler les étapes. Nous devons rester conscientes de notre classement mondial mais aussi aspirer à mieux parce que nous savons que nous en sommes capables.»

Niels Thijssen : «Les Panthers ont désormais autant d’occasions que leurs adversaires»

«Notre groupe s’est accordé un peu de vacances début juillet après la déception de notre 8e place en World League, à La Rasante, avant de reprendre du collier une semaine plus tard», a expliqué Niels Thijssen, le sélectionneur fédéral qui a repris l’équipe en début d’année après la démission de la Néerlandaise Ageeth Boomgaardt.

«Nous nous sommes ensuite rendus en Espagne pour y disputer un tournoi de quatre nations avec le pays hôte, les Pays-Bas, et l’Allemagne et nous avons pu en tirer beaucoup d’enseignements, sachant surtout que les Espagnoles et les Néerlandaises figurent dans notre poule de cet Euro. Jeudi, nous avons joué 2x20 minutes à nouveau contre l’Allemagne (défaite 0-2) et j’ai la conviction que le groupe est bien», a ajouté le coach néerlandais. «Il n’y a pas de secret. Au plus, on joue des matchs au plus haut niveau, au plus on évolue. La compétition nationale est pour l’instant trop peu élevée pour permettre aux joueuses de progresser.»

Selon Thijssen, les statistique enregistrées lors de la demi-finale de World League et lors des derniers matchs amicaux démontrent d’indéniables progrès des Panthers dans la construction du jeu. «Les Pays-Bas sont au-dessus du lot, mais contre des pays forts, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou l’Allemagne, alors qu’avant nous n’atteignions qu’un ratio de 20/80 en pénétrations dans le cercle adverse, nous sommes à présent à quasi égalité 50/50. Notre problème reste la conclusion et c’est de fait ce qui est le plus dur à acquérir», a analysé le coach fédéral, qui comme son homologue des Red Lions préfère fixer des objectifs qualitatifs pour cet Euro.

«C’est sûr que les filles rêvent de demi-finales ici, mais il est plus important pour elle de se concentrer sur le processus mis en place et que chacune soit consciente de sa tâche à effectuer. Surtout que de nombreuses jeunes joueuses ont récemment intégré le groupe», a précisé Thijssen.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent