Publié le Mardi 22 Août 2017 à

Sports > Hockey > International

Euro 2017 de hockey: «The Wall», la force tranquille

Laurent Toussaint

Le gardien de l’équipe nationale est considéré comme l’un des meilleurs mondiaux à son poste. Insatiable travailleur, le Bruxellois veut toujours être meilleur que la veille. Son unique objectif : remporter des titres et des médailles.


légende en blanc ici.

Philippe Demaret.

légende en blanc ici.

Portrait

Amstelveen

De notre envoyé spécial

A lui seul, il a dégoûté les stars néerlandaises et les 10.000 spectateurs qui avaient garni les tribunes du magnifique Wagener Stadium. Vincent Vanasch n’a jamais aussi bien porté son surnom de « The Wall ». En 60 minutes, le gardien du Waterloo Ducks a proposé la panoplie des plus beaux arrêts que peuvent réaliser les gardiens de hockey. A chaque balle déviée ou arrêtée, on pouvait deviner son sourire poindre à travers le grillage de son casque. A l’image du joueur. Toujours souriant. Extrêmement attachant. Charmant et poli. Le gendre idéal.

Vincent Vanasch est un stakhanoviste. Un bosseur inépuisable. Le Bruxellois veut toujours être meilleur que la veille. A presque 30 ans, il ne peut pas et ne veut pas se satisfaire d’être simplement très bon. Chaque détail compte. Depuis plus de dix ans, il ne calcule pas les heures passées sur le terrain à subir un canardage pas toujours en règle des attaquants. Il soigne ses réflexes et son acuité visuelle. «  Vincent est le jouer le plus discipliné le groupe, confie, d’ailleurs, son défenseur Loick Luypaert. C’est un très grand professionnel. Personne n’est aussi organisé et impliqué que lui dans le noyau. Je l’admire réellement comme sportif. Si je devais lui trouver un défaut, je dirai qu’il est parfois un peu trop taiseux et qu’il devrait être plus fier de ce qu’il accomplit.  »

Quatrième d’une fratrie de cinq enfants, c’est tout petit que le jeune garçon est tombé dans le hockey, entraîné par son papa, Jean, fondateur de l’école de jeunes du White Star, le club d’Evere. Le virus, il l’a attrapé dès qu’il a su marcher comme il aime le rappeler lors de chacune de ses interviews. Mais ce n’est finalement que sur le tard, à 18 ans, qu’il quitte le jeu pour prendre place dans les buts. Il décide d’enfiler le casque et les guêtres pour le meilleur et pour le pire. Un choix payant puisqu’il est devenu depuis les Jeux de Londres, en 2012, l’un des meilleurs gardiens du monde, si pas le meilleur.

Mais ce qui lui a certainement permis d’atteindre ce statut et ce niveau, c’est sa faculté d’adaptation exceptionnelle et sa remise en question perpétuelle. Le Bruxellois est passé par des moments difficiles lors de sa carrière. Mais chacune de ces épreuves l’a endurci et a forgé son caractère en acier trempé. Le Red Lion a bourlingué en Belgique (White Star, Pingouin, Louvain et Waterloo Ducks) mais aussi à l’étranger (Pays-Bas et Inde).

Après trois titres en quatre saisons, à Waterloo, le portier file à Eindhoven. Certainement l’un des meilleurs choix de sa carrière. A Oranje-Zwart, il apprend «  cette culture de la gagne, cette grinta, cette arrogance. Aux Pays-Bas, tu dois assurer le spectacle. Ce n’est pas toujours le cas en Belgique. » Là-bas, il décroche deux titres nationaux et l’EHL, la prestigieuse Coupe d’Europe.

Mais, pour finir ses études supérieures de kiné, il décide de rentrer au pays, dans son jardin de Waterloo. Ce qui ne l’empêche pas de rester au sommet de son art et de réaliser des Jeux de Rio exemplaires et inspirés. Comme à Londres, quatre ans plus tôt d’ailleurs. A Amstelveen, il poursuit sur sa lancée avec la même abnégation. Compétiteur hors pair, Vanasch a déjà tourné la page après sa prestation 5 étoiles face aux Pays-Bas. Toujours regarder vers demain pourrait être une de ses devises. Ce qui l’intéresse, c’est remporter des titres et des médailles. Et après l’argent à Rio, c’est tout naturellement l’or qu’il souhaite arborer autour de son cou, dimanche après-midi, à l’issue de la finale de l’Euro.

LAURENT TOUSSAINT

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent