Publié le Mardi 22 Août 2017 à

Actualité > Monde

L'imam Abdelbaki Es Satty, cerveau présumé de la cellule terroriste en Espagne, avait un billet d'avion pour Bruxelles

Sudpresse avec Belga

Un billet d’avion en direction de Bruxelles avec le nom de l’imam Abdelbaki Es Satty inscrit dessus. Voici ce qui a été découvert par les autorités espagnoles dans la maison d’Alcanar et qui confirme les liens de l’imam avec la Belgique.


Le lieu où vivait l’imam en Catalogne

AFP - Daily Mail

Le lieu où vivait l’imam en Catalogne

Le cerveau présumé de la cellule terroriste ayant commis les attentats en Espagne possédait donc un billet d’avion à destination de Bruxelles. C’est en tout cas le document qu’a retrouvé la police espagnole dans la maison d’Alcanar, comme l’a rapporté le juge espagnol en charge de l’affaire.

Un billet qui appartient à l’iman Abdelbaki Es Satty, celui qui serait à l’origine même des terribles événements survenus jeudi 17 août à Barcelone.

Des voyages Belgique-France

Plus tôt dans la journée, le maire de Vilvorde a également confirmé que l’imam avait effectué, après 2016, plusieurs voyages en France en partant de notre pays.

« Il faudra établir aussi vite que possible avec qui il est entré en contact et comment il a pu, avec un tel profil, voyager en Europe sans être inquiété », déclare Hans Bonte, bourgmestre de Vilvorde.

On a appris au début de l’enquête que l’imam Es Satty avait séjourné trois mois en Belgique, dans la région de Vilvorde, entre janvier et mars 2016 et avait fréquenté la mosquée Youssef à Diegem. Il en avait été écarté car il ne pouvait pas fournir un certificat de bonne vie et mœurs.

« Selon plusieurs sources, il apparaît que l’imam a voyagé après mars 2016 en Belgique ainsi qu’en France. Il faut savoir où il a séjourné et avec qui il est entré en contact », estime Hans Bonte.

Le bourgmestre se demande aussi comment l’imam a pu voyager en Europe sans être inquiété. « Il avait déjà été condamné et il y avait des preuves qu’il entretenait des contacts avec des gens impliqués dans des attentats précédents. Les autorités espagnoles auraient aussi voulu l’expulser. Il existe encore beaucoup de questions sans réponses ».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent