Publié le Mardi 5 Septembre 2017 à

Culture > Médias

Premier JT sur France 2 pour Anne-Sophie Lapix sous la pression de l'audience

Afp

Anne-Sophie Lapix a sobrement pris lundi les commandes du 20H00 de France 2, un défi pour la journaliste qui doit confirmer les bons scores d’audience de David Pujadas, dont le JT avait réussi à talonner celui de TF1.


La journaliste sur le plateau du 20h de France 2, face à un sacré défi.

Delphine Ghosarossian/FTV

La journaliste sur le plateau du 20h de France 2, face à un sacré défi.

«Bonsoir, bienvenue dans le 20H», a dit la nouvelle figure de l’information à France 2, habillée d’une robe aux couleurs de la chaîne, le rouge, avant de lancer trois sujets sur la crise diplomatique avec la Corée du Nord.

Si la présentatrice a déjà beaucoup d’expérience dans l’information, à Bloomberg TV puis LCI, M6 et même TF1 comme «joker» de Claire Chazal, elle devra mettre les bouchées doubles pour poursuivre la progression du JT de la chaîne publique.

Le 20H00 de France 2 affiche une moyenne de 4,8 millions de téléspectateurs et 20,6% de part d’audience (PdA) entre septembre 2016 et juin 2017, contre 5,6 millions et 24% de PdA pour le journal de Gilles Bouleau, soit un écart moyen de 800.000 téléspectateurs. Mais il a dépassé huit fois son concurrent durant cette période.

«Ce n’est pas notre objectif de battre TF1, je n’y pense pas en me rasant le matin», a assuré à l’AFP Yannick Letranchant, le directeur de l’information de France Télévisions. «Je veux seulement que l’on conçoive un bon journal».

Anne-Sophie Lapix (45 ans) bénéficie notamment d’un nouveau plateau de tournage inspiré de celui qu’utilise la chaîne pour les soirées électorales, un immense espace modulable situé au coeur du bâtiment de France Télévisions, dans le sud de Paris. Le plateau servira aussi aux JT de 13H, du weekend, de la nouvelle émission de Laurent Delahousse «19H le dimanche» et de Télématin.

David Pujadas a donné «de nombreux conseils concrets» à Anne-Sophie Lapix avant de partir chez LCI, a confié la journaliste au magazine Elle.

«Mon souhait n’est pas de renverser la table», a souligné l’ex-présentatrice du magazine C à vous sur France 5. «La ligne éditoriale va être conservée. Elle est ambitieuse, elle valorise, l’économie, l’international, la politique».

Le JT de France 2 mettra en avant «le décryptage, les clés de compréhension», sur lesquels le service public a «une longueur d’avance sur TF1», selon Yannick Letranchant.

Comme à franceinfo, où les démonstrations sur écran géant tactile sont devenues la norme, les journalistes de la rédaction seront plus présents sur le plateau pendant le JT.

Lundi soir, Anne-Sophie Lapix a quitté son bureau après seulement cinq minutes pour rejoindre dans un coin du plateau le journaliste Etienne Leenhardt, qui s’est chargé d’expliquer la crise en Corée, puis le journaliste économique Jean-Paul Chapel, pour un éclairage sur le statut des indépendants.

Un «éclaireur» pour le spectateur

L’exercice a beaucoup évolué depuis les débuts de David Pujadas comme présentateur en 2001, en raison des progrès technologiques et de la concurrence des chaînes d’information en continu.

Ces dernières années, le JT est notamment devenu beaucoup plus réactif, depuis qu’il est possible de diffuser des reportages tournés au smartphone.

«J’ai connu l’époque où l’on annonçait la mort du 20H00. Et il est toujours là», souligne Yannick Letranchant. «A charge pour nous de le faire évoluer pour le garder attractif (...) A 20H00, on doit offrir autre chose que ce qu’on a vu toute la journée sur les chaînes d’info». Le présentateur est un «éclaireur» avec qui le public a un lien «social, presque physique».

«Le JT ne doit plus chercher l’exhaustivité», souligne de son côté David Pujadas. Face aux chaînes d’info, la grand-messe du 20H00 «doit se spécialiser dans les domaines où on a une plus-value à donner au téléspectateur», a-t-il déclaré à l’AFP.

Il faut aussi qu’il «attrape les sujets difficiles», estime le journaliste, qui est «heureux» d’avoir «réintroduit la science dans le journal».

Avant Anne-Sophie Lapix, d’autres femmes journalistes ont occupé ce poste très exposé. Outre Claire Chazal le weekend sur TF1, Christine Ockrent avait notamment animé ce grand rendez-vous pendant plus de quatre ans (en alternance avec PPDA puis Bernard Rapp) sur Antenne 2.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent