Publié le Mercredi 6 Septembre 2017 à

Actualité > Santé

Les anesthésistes vont mettre la pression sur la ministre De Block

Belga

Les anesthésistes sont très préoccupés par le remboursement standardisé des soins considérés comme « à faible variabilité », l’une des mesures de la réforme du financement des hôpitaux que le gouvernement fédéral veut mettre en place. Fait rare, ils organisent des états généraux pour en discuter, le 7 octobre prochain. Des actions dans les hôpitaux pourraient suivre, rapporte mercredi le journal Le Spécialiste.

Photo News

La « standardisation des soins à faible variabilité » est l’une des mesures proposées par la ministre de la Santé Maggie De Block (Open VLD) pour revoir le système de financement des hôpitaux. L’idée est de rembourser de manière forfaitaire les interventions devenues standards, pour lesquelles il y a peu de variation entre les patients.

Les spécialistes craignent que le montant accordé soit insuffisant en cas de complication inattendue. Dans ce cas, il faut souvent faire appel à des anesthésistes, raison pour laquelle la grogne monte surtout parmi ces médecins.

«  En fait, il ne s’agit pas d’un montant forfaitaire mais d’une médiane sur laquelle il faudra tôt ou tard économiser. Prenons un accouchement : dans ce nouveau système, un anesthésiste ne gagnerait que 40 à 45 % de son honoraire lors d’une péridurale. Ce montant serait le même lors d’un accouchement sans péridurale ! On peut imaginer qu’un anesthésiste ne voudra plus poser aucune péridurale puisqu’il n’y gagnera rien  », craint Jean-Luc Demeere, président du Groupement belge des spécialistes, cité par le journal.

D’après lui, la mesure favoriserait la sélection de patients au profil favorable, au détriment des profils à risques.

Pour organiser la fronde, tous les anesthésistes sont appelés à participer le 7 octobre à des états généraux. Avec succès puisque la salle de 250 places louée dans la Bibliothèque royale sera probablement trop petite pour tous les accueillir, prévoit le Dr Demeere.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent