Publié le Jeudi 7 Septembre 2017 à

Sports > Basket > International

Euro de Basket: la Serbie a dévoré les Lions (54-74)

Stephane Druart

Déjà éliminés, les Belges n’ont jamais trouvé l’énergie pour s’opposer à la nette supériorité des Serbes lors de leur dernier match à l’Euro.

Photo News

Les Belges voulaient quitter l’Euro la tête haute en opposant une résistance digne de ce nom à la Serbie lors de ce dernier match joué pour l’honneur puisqu’ils étaient éliminés du premier tour dès mercredi. Mais d’une part, les Serbes avaient besoin d’une victoire pour espérer finir en tête du groupe ; de l’autre, les Lions avaient perdu dans cette absence d’enjeu l’adrénaline indispensable pour tenir le choc face à l’un des favoris du tournoi. Seul Hervelle, enfin remis de ce virus qui l’a affaibli tout le tournoi, évoluait à son véritable niveau, inscrivant 7 des… 13 points belges au quart-temps : 13-18. Bako, lancé dans « cinq de base » pour le préparer aux futures échéances, n’avait pas démérité, tandis que Lecomte, autre jeune qui incarne l’avenir, confirmait qu’il avait pris la mesure de l’Euro en insufflant du rythme.

Mais globalement, les Lions, à nouveau brouillons, manquaient d’intensité et de fluidité. Le ballon circulait, mais sans accès à la raquette, infréquentable vu la taille des cimes qui l’habitaient, cette activité restait stérile. Quand deux tirs primés les relancèrent (19-20), ils eurent surtout le don de réveiller les Serbes. Un temps-mort du coach Djordjevic, l’ancien légendaire meneur de sa sélection, les rappela au respect. Et à partir de là, il n’y eut plus de match tant l’écart de niveau était béant. Bogdanovic, la star NBA, s’était mis en branle ; Marjanovic, le pivot de 2,21 mètres lui aussi actif dans la grande Ligue, survolait la raquette belge de ses énormes tentacules. Et les Lions, toujours coupables de ces pertes de balle (8) qui soulignent leur impuissance sous pression, s’écroulèrent d’un bloc : 25-42 à la pause !

La réputation d’équipe qui ne renonce jamais qu’aiment rappeler les Belges était en danger. Leur fierté devait engendrer une réaction. Mais dans cette salle résonnant comme lors d’un match de préparation, la Serbie récitait ses gammes en vue du deuxième tour précisément. Cela tournait à la correction pour les Lions, qui ne rentraient plus un tir à distance ni même un lay-up : 25-47 et pas le moindre point inscrit en plus de 5 minutes ! Le coach Casteels, qui avait oublié de relancer Bako, se résolut enfin à offrir une deuxième chance à Kesteloot, qui n’avait jusque-là servi qu’à commettre 3 fautes sur Kurbanov contre la Russie. Et heureusement, les Serbes levèrent le pied : 32-47. Le mérite des Belges fut de ne pas relâcher leur défense, mais ce n’était pas eux qui décidaient de l’ampleur de l’écart : 36-56 à la demi-heure.

Tumba, en particulier, n’en continuait pas moins de se battre, rentrant notamment 6 lancers sur 6. Le score, lui, n’avait plus aucune importance. Les Belges n’avaient jamais eu l’ombre d’une chance. Mais les arbitres ne leur laisseront rien passer : deux fautes volontaires ruinèrent leurs efforts défensifs. Et ce dernier quart se conclut dans l’indifférence d’une fin d’Euro qui ne permit pas de sauver les apparences : les Belges ne méritaient pas de rallier la rive occidentale du Bosphore pour disputer le deuxième tour.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent