Publié le Mercredi 13 Septembre 2017 à

Actualité > Faits divers

Tirs dans un lycée de l'État de Washington: un mort et trois blessés, le tireur arrêté (vidéo)

Rédaction en ligne

Un adolescent a trouvé la mort mercredi et trois autres ont été blessés lors d’une fusillade dans un lycée de l’Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis, selon les médias locaux et les autorités


Toutes les écoles des environs ont été mises en confinement.

Twitter

Toutes les écoles des environs ont été mises en confinement.

D’après des élèves témoignant sur la chaîne locale KXLY, il s’agit d’un élève de l’école qui avait donné des signes inquiétants.

Selon la chaîne locale KREM, citant le chef des pompiers de Spokane Brian Schaeffer, un lycéen a été tué.

Les dirigeants de l’hôpital Sacred Heart de Spokane ont de leur côté confirmé que trois autres élèves avaient été hospitalisés et se trouvaient dans un état stable.

La police de Spokane, bourgade à 5 heures à l’est de Seattle, a pour sa part indiqué qu’un suspect avait été arrêté.

«La fusillade du lycée Freeman ce matin nous brise le coeur», a commenté le gouverneur de l’Etat de Washington Jay Inslee dans un communiqué.

La fusillade a démarré vers 10H00 (17H00 GMT) au lycée Freeman High School de Rockford, près de Spokane. Les écoles avoisinantes et le lycée de Freeman ont été placés en confinement pendant l’intervention de la police et des équipes médicales.

Le confinement, d’après des élèves interrogés sur la chaîne locale KXLY, a duré environ trente minutes pendant lesquelles enfants et enseignants ont dû se cacher et rester silencieux. Il a été levé lorsque le suspect a été arrêté.

«On connaît tout le monde»

Dans une petite école comme Freeman «on connaît tout le monde», souligne l’un des élèves, selon qui le tueur présumé «n’avait jamais fait de mal à personne». D’après lui, il avait eu un différend avec la victime décédée, même s’il n’est pas certain qu’il l’ait visé expressément.

«Je n’aurais jamais cru que ça aurait pu arriver ici. C’est une petite école ici, quand quelqu’un souffre ça affecte tout le monde», a poursuivi cet adolescent dont le nom n’a pas été révélé.

Un autre étudiant, qui dit connaître personnellement le suspect, affirme qu’il avait juste après la rentrée il y a quelques semaines «fait passer des petits mots pour dire qu’il allait faire quelque chose de stupide qui pourrait entraîner sa mort ou l’envoyer en prison». Il ajoute que l’adolescent a été vu mercredi matin portant un gros sac.

D’après le site Gunviolence.org, déjà 253 fusillades de masse ont eu lieu cette année aux Etats-Unis (274 sur la totalité de l’an dernier) et 10.817 personnes ont trouvé la mort à cause d’armes (sans compter environ 20.000 décès par suicide avec une arme à feu).

L’association de lutte contre la violence des armes à feu Sandy Hook Promise, fondée par des parents d’enfants de l’école primaire de Newtown où 20 jeunes enfants de 6 à 7 ans ont été tués par Adam Lanza en décembre 2012, précise que chaque année aux Etats-Unis près de 15.000 enfants de moins de 18 ans sont victimes de blessures par balles.

Elle affirme que dans la quasi-totalité des cas «il y a eu des signaux d’alerte qui n’ont pas été compris, qui n’ont pas engendré de réaction ou n’ont pas été communiqués aux personnes qui auraient pu agir».

La police de Spokane s’est contentée d’indiquer sur Twitter que les écoles du district de Freeman étaient en «confinement» à cause d’une «fusillade» et que «de multiples agents et personnels médicaux sont sur place».

La police a examiné le lycée «pièce par pièce, étage par étage», a ajoute le bureau du shérif de la petite ville de Spokane sur Twitter.

Plusieurs ambulances ont été dépêchées sur place. Un étudiant est décédé dans l’enceinte même de l’école et trois autres ont été blessés rapportent les médias. Certaines d’entre elles ont été évacuées par hélicoptère. On ne connaît pas encore l’ampleur de leurs blessures. Les autorités n’ont pas donné d’informations quant à l’âge de la victime et des blessés.

Le tireur a été neutralisé a confirmé le chef de la police local. On ne connaît pas les motivations de ce dernier.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent