Publié le Jeudi 4 Août 2011 à

Régions > Bruxelles > Sports

Tennis: Mohammed Tarik Koubaa domine les catégorie Messieurs 2 et 3

Rédaction en ligne

Mohammed Tarik Koubaa ne cesse d’impressionner les suiveurs du Critérium du Brabant. Arrivé sur le circuit il y a maintenant un an et demi, il joue déjà des matchs en Messieurs 1 alors qu’il surpasse les Messieurs 2 et 3. Rencontre avec un compétiteur hors du commun.
Mohammed et son deux mètres puissant.

Mohammed et son deux mètres puissant.

170 matchs déjà au compteur cette saison et un taux de victoire de 81%. Pourtant, il reste très modeste. “ C’est une saison réussie. Je suis content d’avoir déjà battu mon nombre de matchs disputés l’an dernier. J’étais à 144. Le top, ce sont mes expériences en Messieurs 1. Là, je sens vraiment que j’apprends.

Mohammed Tarik Koubaa, qui a aujourd’hui 31 ans, s’est essayé au tennis sur le tard, après une carrière de foot en salle.

J’ai joué à un haut niveau, à Issy-les-Moulineaux. Je suis d’ailleurs un acharné du Real Madrid. Mais j’ai complètement lâché ce sport. Je ne supportais plus les jalousies entre coéquipiers. Je préfère les sports individuels. Je me suis donc lancé dans le tennis. Même si je ne le pratiquais pas, j’ai toujours beaucoup aimé ce sport. Quand j’étais jeune, la télévision marocaine passait tous les tournois. J’adorais Roland Garros. Comme joueurs marquant, je citerai Pete Sampras et Steffi Graf.

Mohammed Tarik Koubaa s’est alors affilié au Evere White Star Tennis Club. Depuis, il enchaîne les matchs et n’est pas là pour faire de la figuration. “ Ce qui me pousse à jouer autant de matchs? Franchement, je ne sais pas. Je veux voir jusqu’où je peux aller et savoir quand je plafonnerai. Ça me procure beaucoup de plaisir. Mes adversaires me demandent souvent comment je fais pour tenir ce rythme. C’est simple: je joue tous les soirs, j’ai une très bonne condition physique et un moral d’acier. ”

Un autre aspect qui le motive, ce sont les rencontres humaines, en dehors des cours. “ L’ambiance entre joueurs est géniale. On se paye des verres, on discute, on échange nos numéros pour se revoir et s’entraîner. J’adore créer des liens sociaux et me faire des amis. L’atmosphère est très différente de ce que j’ai connu dans le football. Ce sont deux milieux fort différents, mais je ne dis pas que l’un est mieux que l’autre.

Le mois de Ramadan qui vient sera délicat pour Mohammed Tarik Koubaa, mais pas question d’arrêter. “ J’ai quatre matchs prévus ce samedi. Jouer sans boire ni manger, ce sera dur. Mon secret? Un bon plat de pâtes aux petites heures du matin et je serai au rendez-vous!

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent