Publié le Dimanche 1 Octobre 2017 à

Régions > Liège > Actualité

Tatyana H., la mère d'Ougrée qui avait tué son fils à la hache reste en détention !

LWs

La chambre du conseil avait ordonné le maintien en détention de celle qui a tué son fils à coups de hache. Contre toute attente elle avait interjeté appel.


Elle a tué Ivan de plusieurs coups de hache.

DR

Elle a tué Ivan de plusieurs coups de hache.

Le 9 septembre dernier, Tatyana Hylko, une Ougréenne de 47 ans, avait acheté deux haches, le matin, dans un magasin de bricolage. Elle avait attendu que sa fille de 15 ans, Katia, et son fils de 11 ans, Ivan, s’endorment. Elle avait bu et pris des médicaments, puis elle était montée dans la chambre du gamin, qu’elle avait tué de plusieurs coups de hache. L’adolescente, alertée par les cris, avait pris la fuite avec son petit chien dans les bras. Ce sont des voisins qui l’ont ensuite aidé, puis ont prévenu les secours. La mère a été interceptée par la suite, errant en bord de Meuse.

Hypocondriaque, la quadragénaire a expliqué qu’elle comptait tuer ses enfants puis se suicider parce qu’elle craignait pour ce qu’il adviendrait d’eux si elle venait à disparaître.

Le 15 septembre, sans surprise, la chambre du conseil de Liège avait confirmé le mandat d’arrêt délivré contre elle. Mais étonnamment, la quadragénaire infanticide a interjeté appel de cette décision, et elle a comparu en fin de semaine devant la chambre des mises en accusation de Liège. «  Cet appel a été interjeté par ma cliente de sa propre initiative, dans l’ignorance de la procédure, explique M e  Solfrini, son conseil. Il ne signifie aucunement qu’elle ne prend pas conscience de la gravité de ses actes, mais il montre à quel point elle est désorientée, perdue  ».

Tatyana Hilko est placée sous régime de sécurité, depuis le début de son incarcération, afin de ne pas attenter à ses jours.

Le résultat des expertises psychiatriques et psychologiques détermineront ce qu’il adviendra de son dossier. Si on estime qu’elle est responsable de ses actes, elle en répondra vraisemblablement devant la cour d’assises. La chambre des mises en accusation a, évidemment, confirmé le mandat de détention.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent