Publié le Mardi 3 Octobre 2017 à

Actualité > Santé

Le comité de l'assurance de l'Inami approuve le budget des soins de santé 2018

Belga

Le comité de l’assurance de l’Institut National de l’Assurance Maladie-Invalidité (INAMI) a approuvé lundi la proposition de budget des soins de santé 2018. Si l’enthousiasme ne règne pas chez les mutualités et les prestataires de soins, ceux-ci jugent toutefois que la proposition est meilleure que celle des années précédentes. Seuls les représentants des dentistes se sont abstenus.

Reporters Press Agency

L’an passé, les mutualités avaient rejeté le budget 2017. Le budget 2018 impose une économie de 237,9 millions d’euros en 2018. Les prestataires de soins ont toutefois soutenu cette proposition qui préserve l’indexation d’1,68% de leurs honoraires.

Quant aux mutualités, elles ont obtenu la garantie que les économies à réaliser ne touchent pas les patients et que les accords tarifaires à conclure d’ici la fin de l’année n’affectent ni l’accessibilité financière, ni la qualité des soins, ont indiqué les mutualités socialistes Solidaris dans un communiqué.

Pour autant, il est toujours question d’un «budget d’austérité», selon Solidaris. «Le cadre budgétaire imposé par le gouvernement n’offre pas de marge de manœuvre pour répondre de manière significative aux besoins non-rencontrés, en soins dentaires ou en santé mentale par exemple», affirme le président, Michel Jadot.

Le budget de l’assurance maladie obligatoire est fixé à 25,4 milliards d’euros en 2018, correspondant à la norme de croissance d’1,5%. A politique inchangée, pour 2018, il faudrait prévoir une économie de 161,5 millions d’euros pour respecter cette même norme. Le blocage structurel décidé par le gouvernement pour 2018 impose une économie supplémentaire de 76,3 millions d’euros, ce qui porte l’effort total à 237,9 millions d’euros.

L’essentiel de l’effort est réalisé sur les dépenses pharmaceutiques, avec une économie de 187,8 millions d’euros. «Mais ce montant doit être mis en regard des 325 millions d’euros de dépassements budgétaires cumulés au cours des 3 derniers exercices qui n’ont pas été remboursés par l’industrie pharmaceutique et ont donc été payés par la collectivité», a relevé M. Jadot.

Le solde de 50 millions d’euros est réparti entre les autres secteurs de l’assurance maladie. Il est prévu que le pacte conclu entre l’industrie des implants et la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), génère une économie de 8 millions d’euros.

Les médecins doivent réaliser des économies à concurrence de 35,862 millions d’euros au sein de la commission nationale médico-mutualiste. Les médecins s’étaient déjà engagés fin 2016 à réaliser une économie de 29,862 millions d’euros pour compenser des revalorisations d’honoraires au sein de leur budget. L’Association belge des syndicats médicaux (Absym) a toutefois approuvé la proposition.

Diverses mesures devront être prises pour réaliser ces économies. «Dans cette perspective, l’ABSyM a à cœur de continuer à prendre part aux négociations qui se tiendront au sein de la commission nationale médico-mutualiste», a-t-elle indiqué.

La proposition de budget doit encore être avalisée par le Conseil général de l’INAMI.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent