Publié le Lundi 9 Octobre 2017 à

Actualité > Belgique

Grève CGSP de ce mardi 10 octobre: le point sur les transports publics, les administrations et les écoles

Rédaction en ligne

La section « services publics » du syndicat socialiste appelle ses membres à faire grève demain mardi. Le point sur les conséquences de cette mobilisation en Wallonie et à Bruxelles.


La CGSP risque de faire beaucoup de bruit ce mardi 10 octobre.

Photonews

La CGSP risque de faire beaucoup de bruit ce mardi 10 octobre.

Demain mardi, des perturbations sont à prévoir dans tout le pays. La Centrale Générale des Services Publics demande à tous ses affiliés de participer à une grève générale. Aux sources de cette protestation, les nouvelles mesures du gouvernement Michel et particulièrement la politique menée par le Ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine. Découvrez les répercussions de cette action syndicale sur votre journée de mardi.

Enseignement

Dans le réseau officiel, le personnel des écoles devrait se joindre aux protestations. Des piquets de grève sont à envisager devant certaines écoles. « Le secteur Enseignement, très durement touché par les mesures fédérales en matière de pension, demande à tous ses affiliés de participer à cette action de grève », a annoncé Joseph Thonon, président communautaire de la CGSP-Enseignement. Le secteur libre devrait être moins touché, la CGSP y étant moins représentée.

Les écoles du secteur officiel devraient manquer de professeurs et d’élèves.

Bus, tram, métro

À Bruxelles, le réseau risque d’être très affecté par ces contestations. La STIB recommande à ses usagers de prévoir des moyens de transport alternatifs pour se déplacer dans la capitale. Attention si vous comptez vous rendre au match Belgique - Chypre de mardi soir, il est probable qu’aucun métro ne circule sur la ligne 6, menant au Stade Roi Baudouin.

En Wallonie, les différentes sections du TEC annoncent toutes de forts dérangements. Si dans le Brabant wallon et le Hainaut occidental, plus de deux tiers des lignes devraient fonctionner normalement, les conséquences risquent d’être plus lourdes ailleurs. À Mons, 50 % des services sont assurés et seulement 20 % de ceux-ci dans les régions du Centre et du Borinage. Pas d’estimation pour Charleroi, mais du côté de Liège et Verviers, le TEC annonce « qu’une paralysie complète n’est pas à exclure ». Pour la région Namur-Luxembourg, le site internet indique les perturbations pour chaque bus de la journée.

Trains

Le CGSP-Cheminots appelle également ses affiliés à participer au mouvement de grève dès ce lundi à 22h. Même si les autres syndicats ne se joignent pas à cette action, de nombreux trains risquent d’avoir du retard ou d’être annulés. Suite à la fermeture du viaduc Herman-Debroux, le Ministre Bellot a demandé le maintien des trains entre Namur et Bruxelles. Mais Patrick Lebrun, secrétaire fédéral de la CGSP, lui a répondu sur RTL-TVI, que « l’appel à la grève est clair et qu’il ne sera pas modifié ». La SNCB conseille à ses usagers d’utiliser son site internet, son application ainsi que ses pages sur les réseaux sociaux pour rester informer des perturbations.

Certains trains risquent d’avoir beaucoup de retard en Wallonie.

Administration, police, prisons, etc.

Les sections « Administrations et Institutions » et « Administrations et ministères » de la CGSP participent au mouvement. De nombreuses administrations locales et régionales, des prisons, zones de polices et autres organismes d’intérêts publics devraient souffrir d’un manque de personnel.

Autres dérangements

Bpost assure que les journaux seront distribués normalement, mais la livraison du courrier et des paquets devrait varier selon les régions.

Concernant la télévision publique, la VRT annonce que la journée de mardi se déroulera normalement. La RTBF, quant à elle, n’a pas su estimer l’impact du manque de personnel sur la diffusion de ses programmes.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent