Publié le Jeudi 12 Octobre 2017 à

Fun > Télé

«La décision» sur RTL-TVI : «Oui, Thomas et moi, on pleure très vite…»

Sam Christophe

Certains choix changent le cours d’une vie… Voilà le pitch de la nouvelle émission présentée par le duo Julie Taton-Thomas Van Hamme. Lesquels vont accompagner, façon téléréalité, un personnage dans un moment crucial, une décision importantissime à prendre.

Pour la première de ce soir, les deux animateurs vont accompagner Julien, un jeune Liégeois de 31 ans qui pèse près de 200 kilos. Sa décision à lui est de subir, ou non, une intervention chirurgicale lourde et à hauts risques qui lui permettra de retrouver un poids normal. Voilà pour le suspense que suscite l’émission. Pour l’émotion, c’est autre chose. Julie et Thomas ont visiblement été touchés par le jeune homme, le téléspectateur le sera-t-il aussi ? On verra…

L’équipe télé, en tout cas, va faire rencontrer à Julien des gens qui sont passés par la même situation que celle qu’il vit. Certains ont pris la décision de passer sur le billard, d’autres ont préféré ne pas le faire… Bref, le dilemme est bien présenté. C’est simple. Enfin, pas pour celui qui y est confronté !

Quel est celui d’entre vous deux qui a la larme la plus facile ?

J.T. : Ils ont dû faire une liste des animateurs qui pleurent le plus vite pour choisir qui allait animer cette émission. Thomas et moi nous sommes deux grands sensibles et nous étions en tête de liste. Le principe de l’émission est de montrer plein d’empathie bienveillante.

Th. VH.  : Entre nous, tout le monde sait que ça fonctionne bien : on se tenait la main pendant le tournage ou presque. On avait déjà travaillé ensemble pour « Jeune à tout prix » en 2015.

Pensez-vous être complémentaires ?

Th. VH.  : On a quand même une sensibilité différente. On les accompagne sans les influencer. Julie est plus dans l'émotion que moi. Je trouve qu’elle a des réactions de jeune maman, mais c’est ce qu’elle est. C’est très instinctif chez elle. Moi, c’est plus travaillé dans ma tête !

Julie, d’accord pour dire que vous êtes très maternelle ?

J.T. : Sans doute. Je suis toujours à l’écoute des gens. Pour cette émission, j’ai retrouvé les sentiments que j’avais eus au moment où j’animais « L’Amour est dans le pré » chez nous ou « Coup de foudre au prochain village » en France…

Comment décririez-vous votre rôle dans « La décision » ? Vous les aidez à se… décider ?

Th. VH. : Non. Ils ont envie de trouver des solutions, on n’est pas des spécialistes. On fait un bout de chemin avec eux, une sorte de road-trip ensemble. On se met à leur place et à la place des téléspectateurs. Si Julie cite les émissions qu’elle a faites dans le passé, je peux aussi le faire. pour moi, j’ai un peu revécu des émotions éprouvées sur la RTBF dans « L’Écran-Témoin » et dans « Chacun son histoire ».

Vous avez une vraie responsabilité ou non ?

J.T.: Non, on ne prend pas la décision à leur place. On leur permet juste un éclairage plus large. On travaille dans le respect total, ils sont à un tournant…

On peut se demander pourquoi ces gens passent par la télé pour se décider, non ?

J.T.: Bien sûr. Mais dans le cas de Julien, notre « héros » de ce soir, ben il ne sortait plus de sa chambre et il était totalement introverti.

Rien que le fait que moi et Thomas, on se soit intéressé à lui, ça l’a fait changer du tout au tout, il a repris confiance. C’est thérapeutique pour certains d’être filmés. On aurait pu avoir un regard cynique sur ce qui se passe devant nous, je peux assurer que c’est tout l’inverse.

Avez-vous revu Julien depuis le tournage ?

J.T.: Oui. Ce qui m’a étonnée, c’est qu’il m’a dit qu’au moment du tournage, il avait son problème en tête et il ne pensait même pas qu’il était en train de tourner avec moi et Thomas. Il ne s’était pas vraiment rendu compte.

On vous voit souvent pleurer. Il y a peut-être une réaction naturelle, je veux bien le croire, mais il y a une part de jeu chez vous.

Th. VH. : Là, je ne suis pas d’accord. On est immergé 48 h avec un problème qui finit par nous concerner. Nous sommes en connexion totale avec la personne. Je réagis, parce que je suis expressif, mais je ne joue pas. Il n’y a pas de filtre, on est 100 % sincères.

Qu’est-ce que vous gardez de l’expérience ?

Th. VH. : De l’humain, de l’émotion, particulièrement dans le tableau final, quand la famille est réunie autour du décisionnaire. Et puis, à titre professionnel, j’ai une nouvelle fois adoré tourner avec Julie, et j’espère en faire plein d’autres.

J.T.: C’est parfois très dur d’être confrontée aux émotions brutes. J’en suis sortie très émue, voire complètement retournée ! Je ne peux pas dire que j’ai pris du plaisir, ce serait presque indécent. J’en sortais très fatiguée et vidée de mes émotions. En fait, on vivait la même chose qu’eux. C’était costaud.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent