Publié le Vendredi 20 Octobre 2017 à

Actualité > Faits divers

Meurtre de Louise à Liège: le policier d'Angleur savait qu'il avait affaire à un pervers!

Lws

Le policier liégeois qui a reçu Louise dans le commissariat tranquille d’Angleur, le 11 février 2015, a bien consulté la BNG, qui lui renseignait le lourd passé de délinquant sexuel de Patrick Vanderlinden. Il s’est pourtant contenté de dresser une «fiche info» qui, vu la manière dont elle a été libellée, n’a alerté personne…

La police de Liège avait annoncé, ce lundi, la suspension, en urgence, de l’inspecteur de police qui avait reçu Louise Lavergne, le 11 février 2015 dans l’après-midi, au commissariat d’Angleur. L’agent de police est né en 1958 et, d’après de premiers éléments de l’enquête interne, il nie avoir commis la moindre erreur. Il a embauché un pénaliste renommé, M e  Jean-Louis Gilissen, pour le défendre.

Il savait !

Mais l’enquête interne ne semble pas du tout plaider en sa faveur…Ainsi, à de multiples sources dont sur le site intranet de la police liégeoise elle-même, dans un message destiné au personnel, il se confirme que le quinquagénaire avait consulté, au moment de la plainte de Louise, la BNG. Il ne pouvait donc pas ignorer que la personne dont Louise venait lui parler était bien un libéré conditionnel pour des faits de mœurs. Un récidiviste, déjà deux fois condamné.Vu le passé du quinquagénaire, que le policier connaissait puisqu’il avait consulté la BNG (banque générale nationale, où les délinquants sexuels sont notamment renseignés), la rédaction d’un p.-v. s’imposait!

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent