3

Univers > Foot > Foot belge > Division 1 amateurs > White Star

Le tribunal de première instance de Bruxelles prononce la dissolution du White Star

Belga |

Publié le Jeudi 26 Octobre 2017 à

Le Tribunal de première instance de Bruxelles a prononcé mercredi la dissolution du White Star, inscrit en division 2 amateurs. Pour l’heure, le matricule du club bruxellois n’est pas encore radié, a précisé de son côté l’Union belge de football.

Le White Star n’a pas respecté les obligations du programme d’apurement de ses dettes. Il avait promis de rembourser la moitié des montants dus à trois organisations avant le 26 septembre mais ne l’a pas fait, avec pour conséquence la dissolution du White Star ordonnée par le Tribunal.

Cette saison, le White Star n’a joué aucun match de division 2 amateurs. Comme la commune de Molenbeek-Saint-Jean a refusé l’accès au stade Edmond Machtens à John Bico &amp ; Co, le club a déclaré forfait pour les deux premières journées. De nombreux joueurs ont alors choisi d’abandonner le club. Le White Star devait également payer certains salaires, mais n’a pas respecté l’ultimatum de l’URBSFA, qui a décidé de suspendre le club de toutes les activités sportives. Cette suspension n’a toujours pas été levée.

Même si le White Star parvient à rembourser ses dettes, le club n’entrera plus en action cette saison. La rétrogradation en division 3 amateurs est donc inévitable. Lors de son assemblée générale annuelle en juin 2018, la fédération décidera si le matricule 5750 sera maintenu. Compte tenu de la décision du Tribunal de première instance de Bruxelles, cela semble fort peu probable.

Cela fait quatre ans que le White Star est aux prises à de grosses difficultés. En avril 2013, la fin était déjà proche mais le club a été sauvé par le controversé John Bico. En 2016, l’ancien agent des Diables rouges Eden et Thorgan Hazard a lancé le club vers le titre de la Proximus League (1B). Mais des problèmes de licence ont condamné le club à rester dans les séries amateurs au lieu de rejoindre la Jupiler Pro League. Depuis lors, la situation n’a fait que de se dégrader.