Publié le Lundi 13 Novembre 2017 à

Actualité > Economie

Mise en garde de la FSMA, le gendarme des marchés financiers, contre les Initial Coin Offerings!

Belga

« Les personnes investissant par le biais des Initial Coin Offerings (ICO) ne doivent pas perdre de vue les risques liés à ce type d’offres », met en garde lundi la FSMA, l’autorité belge des marchés, à l’instar de sa consoeur européenne.

« Cette année, des start-ups ont levé dans le monde plus de trois milliards de dollars de fonds grâce à la vente de tokens numériques, des ventes qui portent le nom d’Initial Coin Offerings (ICO). Pour financer un projet, ses concepteurs lancent ces tokens auprès du public en passant par un site internet », explique la FSMA.

Ces tokens doivent en général être achetés au moyen d’une monnaie virtuelle, telle que le Bitcoin ou l’Ether. « En fonction de sa structuration, une ICO peut être soumise à différentes réglementations financières. Beaucoup d’entre elles ne sont toutefois assujetties à aucune réglementation et ne font ainsi pour l’instant l’objet d’aucun contrôle », ajoute l’autorité selon laquelle « tout participant à une ICO doit dès lors savoir que l’opération en question est susceptible de n’obéir à aucune règle et que le consommateur n’est nullement protégé ».

« Les informations souvent très sommaires fournies au sujet des ICO font qu’il est très difficile d’en évaluer les risques », poursuit la FSMA en rappelant que certaines ICO sont mises sur pied pour escroquer les investisseurs. « Pour repérer ces ICO potentiellement douteuses, il existe des indices tels que la mise à disposition d’informations très parcellaires ou l’affichage d’objectifs irréalistes. Il est également conseillé de prendre ses précautions en cas de matraquage publicitaire », conclut l’autorité à laquelle les investisseurs potentiels peuvent s’adresser en cas de doutes.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent