Publié le Jeudi 23 Novembre 2017 à

Fun > Télé

«Elle doit arrêter son cirque»: Cauet s'en prend à Cécile de Ménibus qui aurait «chauffé» Rocco Siffredi lors de son agression (vidéos)

Rédaction en ligne

En 2006, dans l’émission « CaueTivi », Rocco Siffredi avait mimé un acte sexuel relativement brutal avec Cécile de Ménibus. Un moment que l’animatrice avait qualifié de « viol ». Aujourd’hui, Sébastien Cauet revient sur les événements et se montre particulièrement critique envers son ancienne collaboratrice.

Youtube

Dans une interview accordée au site Pure Médias, Sébastien Cauet est revenu sur la fameuse scène culte entre Rocco Siffredi et Cécile de Ménibus. Une scène durant laquelle l’acteur porno avait mimé un acte sexuel relativement brutal avec l’animatrice. Si elle avait accepté de jouer le jeu sur le moment même, elle n’était pas pour autant ravie de ce qu’il se passait. Elle a d’ailleurs exprimé à plusieurs reprises sa colère suite à cet événement.

Pour l’animateur, Cécile de Ménibus doit arrêter de revenir à chaque fois sur cette histoire. « J’ai appelé Cécile et je lui ai dit d’arrêter son cirque. Pardon, mais… Je lui ai dit d’arrêter de ressortir ce truc à chaque fois. » Car pour Cauet, l’animatrice a joué un rôle dans cette scène. « Elle l’avait un peu chauffé en disant ‘J’ai rien senti’. »

Qui plus est, cela n’était autre qu’une blague selon lui. « Rocco Siffredi, on le connaît. C’est une espèce d’animal. Pour lui, ça reste une blague. À l’époque, cette séquence n’a choqué personne, elle a été mise dans des DVD, validés par Cécile. Ce n’est pas élégant, certes. C’était sous le signe de la blague. Je ne pense pas qu’il pensait mal faire… À un moment, on a dit ’C’est bon’. À part ça, on ne pouvait pas le faire sortir par la sécurité. Et après cette séquence, il s’est très bien comporté pendant le reste de l’émission ! ». Il a tout de même précisé ne pas avoir été au courant de ce qui s’était passé hors antenne.

Pour rappel, l’animatrice avait expliqué une scène qui s’était déroulée en coulisses, juste après l’émission : « Quand on était en coulisses, il fait 1m90, il m’a attrapée au cou et il m’a fourré sa langue dans la bouche. Il a fallu que j’appelle la sécurité », explique-t-elle. « C’est tout ce que je déteste. C’est du viol, en fait. Ni plus ni moins du viol. C’est un goujat qui se croit tout permis parce qu’il a un nom ».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent